Australie : la "guerre des koalas", ou comment la question de la déforestation pourrait faire exploser une coalition gouvernementale

"Nous ne sommes pas anti-koalas". Cette déclaration paraît un peu farfelue, mais c’est bien comme ça que le vice-Premier ministre de Nouvelles-Galles-du-Sud, en Australie, s’est défendu. John Barilaro, du parti national, demande simplement une révision du plan environnemental de l’Etat (SEPP), qui protège les forêts d’eucalyptus où vivent les koalas. Les Nationals estiment que ce plan limite les droits des agriculteurs à cultiver leurs terres. Leurs collègues au gouvernement, les Libéraux, les accusent de ne pas se soucier de la cause des petits marsupiaux, dont la population pourrait être éteinte d’ici 2050 si aucune mesure n’est prise.

Il faut dire que l’équation est logique : "Les koalas vivent et mangent grâce aux arbres, rappelle Corey Bradshaw, professeur d’économie générale à l’université de Flinders. Il ne faut pas être diplômé pour prédire ce qui va se passer si l’on continue à détruire leur habitat déjà grandement dégradé", ajoute-t-il, joint par l’agence Reuters. L’année passée, de gigantesques feux de forêt avaient mis en lumière la vulnérabilité des koalas, dont 30% de la population avait été décimée.


►►► À lire aussi : Un lynx observé en Wallonie : il avait disparu de nos régions depuis des siècles !


La question est donc cruciale, et a été surnommée par les médias australiens, la "guerre des koalas". Le conflit a pris un autre tournant cette semaine, puisque la Première ministre de l’Etat, Gladys Berejiklian, a tout bonnement donné un ultimatum aux Nationaux : se soumettre au plan ou quitter la coalition. Avec 13 sièges sur 95, le départ de ces derniers pourrait peser lourd. Depuis des décennies, les deux partis conduisent la politique de l’Etat de Nouvelles-Galles-du-Sud, le plus peuplé du pays, où se trouve notamment la ville de Sydney.

Mais les défenseurs de l’environnement ne se satisferont pas du plan, ont-ils annoncé. Il faut aller plus loin, car comme l’explique Corey Bradshaw, l’Etat a toujours une législation des plus laxistes par rapport au reste du pays. Les militants souhaitent notamment regrouper les différentes forêts pour créer un parc national de préservation du koala. Plusieurs projets industriels sont aussi pointés du doigt : l’extension de la carrière de pierre de Brandy Hill à Port Stephens ou la mine de charbon Shenhua. De manière générale, l’expansion urbaine pourrait elle aussi représenter une menace pour les koalas.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK