Augmentation des tempêtes de sable partout dans le monde: la faute à l'homme?

Tempête de sable: le rôle de l'homme
Tempête de sable: le rôle de l'homme - © ASHRAF SHAZLY - AFP

Dans les décombres de leurs maisons, des milliers de familles indiennes sont sur le qui-vive face au risque de nouvelles tempêtes. Dans la nuit de mercredi à jeudi, une tempête de sable d'une rare intensité a balayé le nord du pays et coûté la vie à 121 personnes. Principalement concentrée sur l'Uttar Pradesh et le Rajasthan, elle a provoqué une vague de destructions.

La faute au changement climatique?

Tempêtes et orages font tous les ans des victimes en Inde, mais ceux de cette semaine figurent parmi les plus meurtriers de ces dernières décennies.

Cette tempête résulte de la conjonction d'une dépression, de températures inhabituellement élevées et d'humidité apportée par les vents. Ce type d'événement violent pourrait devenir de plus en plus fréquent avec le changement climatique, d'après la presse indienne.

Les services météorologiques indiens ont prévenu vendredi que de nouvelles tempêtes pourraient frapper cette même zone au cours des prochains jours, poussant les sinistrés à s'abriter.

Désertification et conflits armés

Mais comment expliquer ces tempêtes de sable monstrueuses, qui semblent se multiplier partout dans le monde ? Les scientifiques pointent du doigt la désertification causée par l'homme, le réchauffement climatique et... la guerre au Moyen-orient.

Encore rares il y a quelques décennies, les tempêtes de sable font désormais partie du paysage dans cette région du monde. Ces phénomènes sont capables de mettre à mal l'économie d'un pays ou encore de paralyser la circulation. En Israël, à la frontière avec le Liban et la Syrie, par exemple, ces nuages de sable inquiètent.

Pour les spécialistes qui les observent, notamment en Israël dans le désert du Néguev, ces phénomènes s'expliquent par le réchauffement climatique rapide que connaît actuellement le Moyen-Orient. "Il y a une augmentation des températures, une diminution des précipitations et une désertification qui s'accentue, indique Yoav Yair, physicien atmosphérique israélien. "Les terres cultivables s'assèchent et deviennent friables. Elles sont ensuite effritées par le vent."

La guerre en Syrie

Certains scientifiques ont identifié un autre facteur aggravant : la guerre en Syrie. La végétation a diminué de 30% au Moyen-orient. Avec l'exode massif des population l'activité agricole s'est effondrée et les terres ont été laissées à l'abandon.

Les réservoirs d'eau qui irriguaient les cultures ont été détruits. Les combats ont laissé derrière eux une terre particulièrement aride et friable, notamment dans la région d'Alep. Et les spécialistes ne sont pas optimistes : selon l'Onu, certains pays comme l'Irak pourraient connaître 300 jours de tempête de sable par an d'ici dix ans, rendant la région difficilement vivable. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK