Au moins 50 exécutions en Corée du Nord pour avoir regardé des séries

Kim Jong-Un entourés de militaires nord-coréens
2 images
Kim Jong-Un entourés de militaires nord-coréens - © KNS - BELGAIMAGE

Regarder une série télévisée, autre que nord-coréenne, peut vous coûter la vie en Corée du Nord. Au moins 50 personnes, dont des membres officiels du parti, ont été exécutées cette année, rapporte The Independent. Des informations difficilement vérifiables vu qu'il s'agit d'une dictature. Mais l'année dernière déjà, des informations faisaient état d'exécutions publiques massives pour les mêmes raisons. On parlait alors de quelque 80 personnes exécutées publiquement au début du mois de novembre.

Pas question en Corée du Nord de se détendre en regardant "Desperate Housewives" ou un bon film d'action américain. Seules les productions nord-coréennes sont autorisées (on n'en connait pas grand chose), le reste est tout simplement interdit. Le risque de "déviance" est trop important pour les dirigeants du régime. Cela pourrait donner envie au peuple de vivre autrement et donc de se révolter contre le pouvoir en place.

Mais comme dans toutes répressions, il y en a qui font de la résistance et organisent la contrebande. Cassettes vidéo, clés USB et DVD circulent ainsi sur le marché noir, avec le risque de se faire prendre. Toute personne surprise en train de distribuer du matériel illicite peut être exécuté pour crimes contre l'Etat et leurs "clients" condamnés à des années dans des camps de détention ou à des travaux forcés, explique The Independent.

De leur côté, les services de renseignements sud-coréens estiment qu'environ dix membres du Parti des travailleurs, le principal parti du pays dirigé par Kim Jong-Un, font partie de ces nouvelles exécutions. Ils soupçonnent qu'il s'agisse d'une nouvelle purge entamée il y a près d'un an avec l'exécution du n°2 du régime qui n'était rien d'autre que l'oncle du jeune dirigeant, signe pour certains de luttes intestines au sommet de l'Etat.

 

C. Biourge

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK