Au moins 36 morts dans l’incendie dans un hôpital du sud de l’Irak

Au moins 36 patients sont morts dans un violent incendie lundi soir dans l’unité Covid-19 de l’hôpital Al-Hussein de Nassiriya, dans le sud de l’Irak, selon un nouveau bilan du porte-parole des autorités sanitaires locales.

"Les victimes sont mortes brûlées et les recherches se poursuivent", a déclaré à l’AFP Haydar al-Zamili, précisant que l’unité comprenait 60 lits et que de nombreux patients étaient sans doute encore pris au piège. Le porte-parole a également fait état de cinq blessés, dont deux dans un état critique.

16 patients potentiellement évacués

L’incendie était toujours en cours, selon un correspondant de l’AFP, et des centaines de personnes se sont rassemblées sur les lieux pour aider les pompiers et les sauveteurs. Les causes du sinistre étaient encore inconnues.

Selon une source médicale, 16 patients ont pu être évacués de l’établissement en flammes.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montraient le bâtiment en proie aux flammes et d’énormes volutes de fumées noires.


►►► À lire aussi : Irak : trois roquettes visent l’ambassade américaine à Bagdad, selon l’armée irakienne


En avril dernier, une tragédie similaire avait fait plus de 80 morts dans l’incendie d’un hôpital dédié au Covid-19 à Bagdad.

Ce drame avait été provoqué par une suite de négligences qui avaient suscité la colère des Irakiens et conduit à la démission du ministre de la Santé de l’époque. Des bouteilles d’oxygènes stockées sans respect des conditions de sécurité avaient explosé, et les flammes avaient dévoré pendant des heures des faux plafonds non ignifugés.

Système de santé délabré

La plupart des hôpitaux irakiens sont en déshérence, et le système de santé est délabré depuis des années. Lundi, un incendie s’est déclaré au ministère de la santé à Bagdad et a rapidement été maîtrisé, sans faire de victimes.

L’Irak compte plus de 1,4 million de personnes infectées par le coronavirus, et l’épidémie a fait plus de 17.000 morts.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK