Au moins 175 morts dans les inondations en Inde, au Népal et au Bangladesh

Au moins 175 morts dans les inondations en Inde, au Népal et au Bangladesh
Au moins 175 morts dans les inondations en Inde, au Népal et au Bangladesh - © Tous droits réservés

Au moins 175 personnes sont mortes en raison des inondations et glissements de terrain dus à la mousson en Inde, au Népal et au Bangladesh, ont annoncé lundi les autorités. Des milliers ont fui leurs foyers.

Pluies diluviennes

Trois jours de pluies diluviennes incessantes ont provoqué des inondations soudaines et des glissements de terrain dans lesquels au moins 80 personnes ont perdu la vie au Népal, 73 dans le nord et l'est de l'Inde et 22 au Bangladesh.

Dimanche, un énorme glissement de terrain dans une région montagneuse du nord de l'Inde avait emporté deux autocars, causant la mort d'au moins 46 personnes.

Environ 200 000 personnes se sont réfugiées dans des camps d'urgence à Assam, dans le nord-est de l'Inde, région qui souffre annuellement d'inondations lors de la saison des pluies. Dans l'Etat de Bihar (est de l'Inde), qui a une longue frontière commune avec le Népal, 15.000 autres ont dû quitter leurs maisons.

700 000 personnes bloquées 

Au Bangladesh, des soldats ont été réquisitionnés afin de consolider des digues dans le nord du pays, alors que les inondations ont fait 22 morts. Un responsable local, Kazi Hasan Ahmed, a déclaré que 700.000 personnes avaient été bloquées par les eaux de crues de plusieurs rivières après plusieurs jours de fortes pluies. "Nous n'avons pas vu des inondations aussi graves à Dinajpur depuis 1988", a-t-il dit, se référant au district le plus touché.

Au Népal, 21.000 personnes ont été déplacées et au moins 48.000 foyers ont été totalement submergés par les inondations, selon la police. Alors que les secouristes tentaient d'atteindre les zones les plus reculées, le ministère de l'Intérieur du Népal a déclaré que 36 autres personnes étaient portées disparues.

La Croix-Rouge du Népal a averti que des pénuries d'eau potable et de nourriture pourraient provoquer une crise humanitaire dans ce pays pauvre de l'Himalaya.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK