Au moins 17 morts dans une série d'attentats en Irak

Au moins 17 personnes ont été tuées et une trentaine blessées mercredi dans une série d'attentats en Irak visant principalement la police et l'armée, selon des sources de sécurité et médicales.

A Bagdad, 11 personnes dont six policiers ont péri dans une attaque à la voiture piégée sur la place al-Noussour (ouest) suivie d'un attentat suicide contre un quartier général de la police situé à proximité, ont précisé des responsables. 23 personnes ont été blessées, selon une source médicale.

L'attaque à la voiture piégée s'est produite près de la place Al-Noussour. Juste au même moment, des policiers ont tiré sur un kamikaze portant une ceinture d'explosifs qui tentait de pénétrer dans le QG de la police, a indiqué un colonel de la police.

La capitale irakienne est quasi-quotidiennement la cible d'attentats meurtriers malgré le déploiement massif de forces de sécurité et la multiplication des barrages routiers.

Mercredi, la violence a frappé également au nord et au sud de Bagdad.

Un kamikaze a visé un barrage routier de l'armée à Baqouba (nord), tuant un colonel et trois soldats, et blessant six personnes, alors qu'une bombe visant un convoi militaire à Youssoufiya a coûté la vie à au moins deux personnes et blessé huit.

Les attaques n'ont pas immédiatement été revendiquées mais les extrémistes sunnites, notamment les djihadistes de l'organisation Etat islamique (EI), prennent fréquemment pour cible les forces de sécurité ou la communauté chiite en Irak.

Elles surviennent au moment où les forces irakiennes aidées de combattants chiites, sunnites et kurdes, tentent de repousser une offensive de l'EI qui s'est emparé de larges pans de territoire en Irak depuis juin.

Les forces irakiennes bénéficient également du soutien aérien de la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK