Au Bélarus, l'opposition unit ses forces pour affronter Alexandre Loukachenko à l'élection présidentielle

Au Bélarus, l’opposition unit ses forces pour la présidentielle pour affronter Alexandre Loukachenko
Au Bélarus, l’opposition unit ses forces pour la présidentielle pour affronter Alexandre Loukachenko - © Andrea Verdelli - Getty Images

Trois mouvements d’opposition au Bélarus ont déclaré jeudi qu’ils allaient œuvrer ensemble pour affronter le dirigeant Alexandre Loukachenko lors de l’élection présidentielle d’août, une annonce intervenant après l’éviction par les autorités de deux candidats d’envergure.

L’équipe de Svetlana Tikhanovskaïa, 37 ans, a indiqué qu’elle allait travailler avec celles de l’opposant emprisonné Viktor Babaryko et de Valeri Tsepkalo, dont les candidatures ont été rejetées mardi par la Commission électorale.

"Nous continuons notre travail. Rejoignez la majorité ! ", ont affirmé les trois équipes dans un communiqué.

Opposants privés de candidatures

Ancien banquier de 56 ans, Viktor Babaryko a été arrêté mi-juin pour "fraudes" et "blanchiment d’argent", des accusations qu’il réfute. Valeri Tsepkalo, 55 ans, est lui un ex-diplomate entré dans l’opposition.

La décision de priver les deux hommes de candidature a déclenché des manifestations ayant entraîné officiellement près de 250 arrestations dans cette ancienne république soviétique d’Europe de l’Est.

Quatre candidats ont été autorisés à se présenter au scrutin du 9 août face au président Loukachenko, 65 ans, qui brigue un sixième mandat.

Parmi ses adversaires, Svetlana Tikhanovskaïa est la plus en vue car elle a pris la place de son mari, Sergueï Tikhanovksi, 41 ans, un Youtubeur critique du pouvoir privé de scrutin après son arrestation fin mai.

Jeudi, Svetlana Tikhanovskaïa est apparue sur une photo aux côtés de Maria Kolesnikova, la directrice de campagne de l’opposant Babaryko, et de Veronika Tsepkalo, la femme de Vitali Tsepkalo.

Sur le cliché, Svetlana Tikhanovskaïa lève son poing fermé tandis que Mme Kolesnikova forme un cœur avec ses mains et que Mme Tsepkalo fait le "V" de la victoire.

Le Bélarus "pas prêt à voter pour une femme"

En juin, Alexandre Loukachenko, qui aime se mettre en scène devant les caméras comme un homme viril travaillant dans les champs, avait balayé la candidature de Mme Tikhanovskaïa en soutenant que le Bélarus n’était "pas prêt à voter pour une femme".

Dans leur déclaration, les trois équipes ont appelé leurs soutiens à aller voter. En cas de victoire, elles ont promis d’organiser un nouveau scrutin "honnête" et de libérer les "prisonniers politiques".

Toutefois, leur communiqué n’appelle pas à voter clairement pour Svetlana Tikhanovskaïa.

Depuis l’arrivée au pouvoir d’Alexandre Loukachenko en 1994, aucune opposition n’a pu s’ancrer dans le paysage politique. Nombre de ses dirigeants ont été emprisonnés, et, en 2019, aucun opposant n’a été élu au Parlement.

Des centaines de personnes protestent en Biélorussie après l'exclusion de deux des principaux candidats des élections, ce 14 juillet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK