Attentats au Sri Lanka: la revendication de l'Etat Islamique est-elle crédible?

Le groupe djihadiste État islamique a revendiqué mardi les attaques suicides contre des églises et hôtels au Sri Lanka qui ont fait 321 morts et 500 blessés. L’organisation terroriste a qualifié les kamikazes de « combattants », dont le but était de viser « des ressortissants des pays de la coalition et les chrétiens au Sri Lanka. »


►►► À lire aussi : Explosions au Sri Lanka: les attentats commis "en représailles à Christchurch" selon l'enquête


Cette revendication n’est pas une surprise, mais on peut se demander si le groupe est vraiment à l’origine de la manœuvre. 

"Viser les pays avec des fractures communautaires"

Ce qui est certain, c’est que la revendication n’apporte pas la preuve d’une implication directe dans les attaques, ni dans la planification, ni dans la commission. Mais les attentats sont d’une telle ampleur, avec un tel niveau de préparation, que tous les regards se tournent évidemment vers le réseau le plus connu, le groupe Etat islamique.

Pour la chercheuse Anne Clémentine Larroque, maître de conférences à Sciences Po, c'est clairement la signature du groupe. « C’est difficilement envisageable que ce soit un simple groupe islamiste local qui puisse mettre en place ce mode opératoire. L’EI a une coordination, des moyens mondiaux, avec un label qui permet justement d’agir dans des pays où il y a des fractures communautaires, comme au Sri Lanka. Mais ce n’est pas le seul, le Bangladesh, l’Inde ou la Thaïlande pourraient faire les frais de cette progression de l’EI, par sa capacité à se réadapter en permanence aux cibles qu’il peut toucher. »

Une base au Sri Lanka?

Mais est-ce que cela signifie que le groupe terroriste a désormais une base au Sri Lanka? Le groupe a en tout cas l'ambition de conquérir de nouveau pays, le Sri Lanka était une cible toute choisie, puisque le pays se remet à peine de 26 ans de guerre civile et qu'il reste encore des fissures entre les communautés.

Et il y a une logique géographique. Dans cette région du monde, l'EI a déjà quelques bastions, au Pakistan et en Afghanistan, en Indonésie et aux Philippines. Le Sri Lanka se trouve au centre de cette zone d'influence et restait un des seuls pays épargnés jusqu'ici. 

Le groupe Etat islamique pourrait alors s’être appuyé sur une organisation islamiste locale peu connue, le NTJ. Selon les défenseurs des droits de l’homme, les musulmans du pays (10%) sont la minorité la plus persécutée, notamment par des groupes extrémistes bouddhistes. L’occasion pour les groupes djihadistes de recruter parmi des jeunes musulmans désœuvrés qui ont un grand ressentiment pour leur pays.

Retourner les Sri Lankais contre les musulmans?

Mais pourquoi avoir visé les chrétiens précisément ? Parce qu’ils ne sont en opposition avec personne. Tuer des gens qui prônent la paix c’est de la barbarie à l’état pure et c’est le meilleur moyen pour que les Sri Lankais se retournent contre la minorité musulmane avec des conséquences dévastatrices pour l’unité fragile multiethnique du pays. Ce que recherche exactement le groupe terroriste Etat Islamique. Aujourd'hui pourtant, il semble que les Sri Lankais rejettent toute guerre quel-qu'elle soit. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK