Attaque de Berlin: l'Allemagne cherche Anis Amri, offre une récompense de 100 000 euros

Le parquet anti-terroriste allemand a identifié mercredi le suspect de l'attentat au camion-bélier de Berlin comme étant Anis Amri, un ressortissant tunisien de 24 ans, et publié un avis de recherche assorti d'une récompense. Anis Amri mesure 1m78 et pèse environ 75 kilos.

"Il pourrait être dangereux et armé", poursuit le parquet dans un communiqué, précisant qu'une récompense de 100 000 euros est offerte.

Plus tôt dans la journée, le ministre de l'Intérieur allemand avait confirmé qu'un nouveau suspect était recherché. "Il y a un nouveau suspect, on recherche ce suspect", a déclaré à la presse à Berlin Thomas de Maizière, ajoutant qu'"un avis de recherche a été émis à minuit pour l'Allemagne mais aussi pour l'espace Schengen, c'est-à-dire en Europe".

Un Tunisien aux identités multiples

Selon les autorités allemandes, l'homme faisait l'objet d'une enquête judiciaire pour soupçon de préparation d'attentat avant l'attaque au camion-bélier de Berlin. Il s'agit d'un demandeur d'asile arrivé en juillet 2015 en Allemagne et dont la requête a été rejetée en juin.

L'Allemagne n'est toutefois pas parvenue à le renvoyer dans son pays, la Tunisie contestant pendant plusieurs mois qu'il soit l'un de ses ressortissants. Selon les autorités allemandes, ce n'est que ce mercredi, par coïncidence, que Tunis a reconnu sa nationalité tunisienne et fourni un document de voyage permettant son expulsion.

Il est présenté par Berlin comme proche de la mouvance salafiste-islamiste. Selon le quotidien Bild, il a essayé de recruter des complices pour commettre un attentat il y a plusieurs mois.

Classé dangereux

"Il s'agit d'un individu classé dangereux que les services de sécurité connaissaient et qui appartenait à la scène islamiste-salafiste", avait souligné le député Stephan Meyer plus tôt ce mercredi.

La police l'a identifié grâce à un document d'identité retrouvé dans le cabine du camion qui a tué 12 personnes lundi soir sur un marché de Noël très achalandé au cœur de Berlin, selon la presse.

Un autre député a dit pour sa part que c'est tout le "porte-monnaie" du suspect qui avait été retrouvé sur place mais que la police ne pouvait pas affirmer que le Tunisien était dans le camion.

Il y a donc un lien entre la crise des réfugiés et le danger terroriste

Selon Stephan Meyer, l'homme est arrivé "en Allemagne via l'Italie à l'occasion de la crise des réfugiés" qui a vu quelque 900 000 migrants entrer en Allemagne en 2015 et 300 000 en 2016. "Il y a donc un lien entre la crise des réfugiés et le danger terroriste", a ajouté cet élu de la CSU, allié de la chancelière Angela Merkel mais qui la critique depuis des mois et des mois sur l'accueil qu'elle a réservé aux demandeurs d'asile.

Deux suspects ont déjà été arrêtés dans cette affaire avant d'être relâchés. L'un, un Pakistanais a été arrêté lundi soir, peu après le drame avant d'être relâché mardi et l'autre, interpellé aux premières heures de mercredi, a été remis en liberté dans la matinée, rapporte la presse allemande.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK