Attaque dans un collège en Crimée: au moins 19 victimes

Au moins 19 personnes, dont une majorité d'adolescents, ont été tués et une cinquantaine de blessés. Les enquêteurs ont évoqué dans un premier temps l'explosion d'un "engin non identifié". Le Comité d'enquête russe en charge de l'affaire prétend désormais que les victimes ont été tuées par balles. Ils précisent qu'au moins un homme armé a d'abord fait exploser un engin rempli de fragments de métal dans la cafétéria du collège puis 

"C'est une tragédie colossale: 18 personnes sont mortes, plus de 40 blessées", a annoncé à la télévision le dirigeant de la Crimée, Sergueï Aksionov. Un précédent bilan faisait état de 13 morts.

"Selon les informations préliminaires, un engin explosif non identifié bourré d'objets métalliques a été déclenché dans la cantine du collège polytechnique de Kertch. La plupart des victimes sont des adolescents", a indiqué dans un communiqué le Comité d'enquête russe, chargé des grandes affaires criminelles dans le pays.

Un tueur de masse de 18 ans

Les enquêteurs, après avoir dans un premier temps privilégié la piste terroriste, ont annoncé dans l'après-midi qu'ils penchaient plutôt pour un "meurtre de masse". Le responsable de la tuerie serait Vladislav Rosliakov, 18 ans, élève du collège qui se serait ensuite suicidé. 

L'attaque a eu lieu en fin de matinée mercredi dans un collège technique de Kertch, une ville portuaire de la péninsule de Crimée, annexée en 2014 par la Russie au détriment de l'Ukraine.

Les premières images de télévision montraient des victimes évacuées du collège dans des ambulances de fortune. Les victimes "ont été emmenées dans des transports en commun, dans des bus, en ambulance. Ce sont des enfants et des employés", a déclaré à une télévision locale un homme au tee-shirt couvert de sang, évoquant aussi "des coups de feu".

Le ministère des Situations d'urgence russe a déclaré l'état d'urgence à Kertch et a annoncé sur son compte Twitter l'envoi sur place de trois hélicoptères avec du personnel médical et d'un avion. Le Premier ministre de Crimée, Sergueï Aksionov, a annoncé sur sa page Facebook que trois jours de deuil seraient observés dans la péninsule.

Dans un premier temps, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait déclaré aux journalistes que la piste terroriste était "examinée", ajoutant que le président russe Vladimir Poutine avait présenté ses condoléances aux proches des victimes

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK