Asile et migration en Grèce : un centre de migrants vulnérables à Lesbos menacé de fermeture

Asile et migration en Grèce : un centre de migrants vulnérables à Lesbos menacé de fermeture
Asile et migration en Grèce : un centre de migrants vulnérables à Lesbos menacé de fermeture - © ARIS MESSINIS - AFP

Les autorités grecques ont entamé jeudi une opération d’évacuation d’un camp bénévole des demandeurs d’asile vulnérables à Lesbos, une action "inhumaine" selon Efi Latsoudi, la gérante du centre et figure emblématique d’aide humanitaire sur cette île en mer Egée.

Selon les autorités du service d’asile, qui visent à la fermeture du camp "Lesvos Solidarity-Pikpa" où résident 78 demandeurs d’asile dont une trentaine d’enfants, ces derniers seront transférés dans un camp municipal près du port de Mytilène, chef-lieu de l’île.

"Nous n’avons pas été informés […] nous avons demandé aux autorités un peu de temps pour informer les gens dont de nombreux enfants qui vivent ici depuis des mois ou des années", a déploré Efi Latsoudi sur une vidéo publiée sur la page Facebook de l’ONG.

Une manière qui n’est ni décente ni humaine

Cette opération "se passe d’une manière qui n’est ni décente ni humaine", a-t-elle souligné en appelant les autorités à "reconsidérer" la décision de l’évacuation.

Créé en 2012, "Lesvos Solidarity-Pikpa" hébergeant personnes et familles vulnérables, handicapés ou femmes enceintes, a joué un rôle important dans la crise migratoire de 2015, Lesbos étant alors devenue la principale porte d’entrée en Europe de centaines de milliers de demandeurs d’asile.

Pour son action importante, Efi Latsoudi a reçu en 2016 le prix Hansen décerné par le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Moria fermé, c’était un nouveau camp toléré

Le gouvernement de droite a décidé de créer un camp fermé à Lesbos qui avait toutefois buté sur les réactions des autorités et des habitants de Lesbos, dont nombreux sont lassés de la présence des migrants sur leur île. En mars des habitants furieux avaient incendié deux voitures appartenant au camp de Lesbos Solidarity-Pikpa.

Deux personnes avaient alors été condamnées à trois mois de prison avec sursis. Ayant porté plainte contre ces deux prévenus pour l’avoir menacé sur les réseaux sociaux, Efi Latsoudi avait alors accepté leurs excuses publiques devant le tribunal.


►►► Lire aussi : Lesbos, les oubliés de l’Europe (1/2) : en attendant la colline noire


Après l’incendie et la destruction du grand camp sordide de Moria en septembre à Lesbos, et le transfert des milliers de demandeurs d’asile dans un camp temporaire, le gouvernement est revenu sur sa décision de créer un camp fermé. En même temps, dans le cadre du durcissement de la politique migratoire, le gouvernement a pris des mesures strictes prises visant le fonctionnement des ONG d’aide des migrants.

Selon le milieu associatif, la fermeture du camp de Solidarity Lesbos-Pikpa était réclamée par certaines autorités ou habitants de l’île, une manière de tolérer le nouveau camp fermé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK