Asia Bibi, condamnée pour blasphème au Pakistan pour une histoire de verre d'eau

Après avoir passé 8 années dans les couloirs de la mort au Pakistan, Asia Bibi a été libérée dans la nuit de mercredi à jeudi.

Portrait de cette chrétienne du Pendjab âgée d'une cinquantaine d'années et mère de famille condamnée à mort en 2010 pour blasphème à la suite d'une dispute avec des villageoises musulmanes.

Un verre d'eau. Tout commence par une dispute pour un verre d'eau. Asia Bibi, ouvrière agricole chrétienne mère de cinq enfants, était partie chercher un peu d'eau au puits par une chaude journée de juin 2009. Selon son récit repris dans son autobiographie "Blasphème" de la journaliste Anne-Isabelle Tollet, une femme musulmane lui aurait alors crié : "Ne bois pas cette eau, c'est haram [interdit] !"

La femme musulmane a ensuite affirmé à d'autres femmes présentes dans le champ, qu'Asia Bibi aurait souillé l'eau du puits en la buvant car elle est chrétienne et donc impure. Le puits était supposé être réservé aux musulmans dans ce village dépourvu d'eau courante.

Les injures fusent. "Chrétienne immonde". Et de lui ordonner de se convertir à l'islam. Asia Bibi refuse : "Je crois en ma religion et en Jésus Christ, mort sur la croix pour les péchés de l'humanité. Qu'a fait votre prophète Mahomet pour sauver l'humanité ? Et pourquoi est-ce que ce devrait être à moi de me convertir et pas à vous ?

Crachats, bousculade. Quelques jours plus tard, Asia Bibi est accusée de blasphème et au terme d'un court procès, condamnée à mort en 2010. Ses conditions de détentions sont "terribles" et sa famille est persécutée, selon la journaliste Anne-Isabelle Tollet.

Assassinats et émeutes

Depuis deux personnes qui avaient pris la défense d'Asia Bibi ont été assassinées : le ministre fédéral des Minorités religieuses, Shahbaz Bhatti, de confession catholique et le gouverneur du Pendjab, Salman Taseer, tué par son garde du corps. Condamné à mort et exécuté, ce dernier est devenu un héros pour les extrémistes. 

En 2014, la condamnation à mort d'Asia Bibi est confirmée en appel, puis elle est acquittée par la Cour suprême le 31 octobre 2018.

Malgré cela, ses détracteurs font pression sur le gouvernement pakistanais et elle reste emprisonnée et sujette à un nouveau jugement. Son récent acquittement déclenche des émeutes.

Une loi polémique sur le blasphème

La loi sur le blasphème existe depuis 1986 au Pakistan, mais malgré plusieurs condamnations à mort, aucune de ces peines n'a jamais été exécutée, les condamnés ayant été acquittés en appel ou graciés.

Les opposants à cette loi affirment qu'elle est détournée pour régler des comptes personnels. Depuis l'année d'établissement de la loi, 300 personnes sont accusées chaque année de blasphème au Pakistan.

L'incident du verre d'eau avait été précédé d'une autre altercation quelques semaines plutôt. Une mangeoire pour le bétail détruite par un buffle qui aurait échappé au contrôle d'Asia Bibi. La voisine propriétaire de la mangeoire, musulmane, aurait fait une remarque et la chrétienne Asia Bibi lui aurait répondu.  

Dans Le Monde, Anne-Isabelle Tollet explique que "le simple fait de répondre quand on est chrétien au Pakistan est plus qu'audacieux ; c'est une forme d'insulte. Même si les chrétiens vivent bien avec les musulmans, ils sont considérés par certains comme des citoyens de seconde zone et doivent garder la tête basse".

Archive : JT 01/11/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK