Arrestation de Puigdemont: "Peu d'États européens autorisent impunément des mouvements de subversion"

L'arrestation de Puigdemont en Allemagne a déclenché dimanche une manifestation à Barcelone.
L'arrestation de Puigdemont en Allemagne a déclenché dimanche une manifestation à Barcelone. - © LLUIS GENE - AFP

L'ex-président catalan Carles Puigdemont a été arrêté ce dimanche en Allemagne et sera présenté à un juge ce lundi, arrestation qui a déclenché une manifestation à Barcelone, marquée par des heurts avec la police. Il fait l'objet d'un mandat d’arrêt européen lancé par l'Espagne qui l'accuse de rébellion et de sédition après qu'il a organisé un référendum sur l’indépendance de la Catalogne.

Pour le constitutionnaliste, Christian Berendt, l’Espagne réagit comme d’autres pays, y compris le nôtre, l’aurait sans doute fait.

"Il y a peu d’États européens qui autorisent impunément des mouvements de subversion contre l’ordre établi, commente Christian Berendt. Je signale d’ailleurs en droit belge que la première disposition du Code pénal parmi les infractions est l’attentat contre la personne du Roi."

"La répression pénale pour maintenir l'ordre étatique"

"Au niveau du symbole, c’est fort et il est très clair que l’ordre étatique se maintient et utilise aussi, bien sûr, la répression pénale pour se maintenir. Ça, il faut le relever."

"Pour le reste, il appartient aux autorités allemandes d’apprécier si les peines qui sont assorties aux infractions alléguées contre M. Puigdemont sont proportionnées. Là, il y a, le cas échéant, un examen à opérer, mais ça, c’est aux autorités allemandes de le faire", conclut le constitutionnaliste belge.

>> À lire aussi : Carles Puigdemont devrait être libéré sous conditions, selon son avocat

Carles Puigdemont sera présenté ce lundi à un juge allemand chargé de confirmer son identité. Le tribunal régional du Schleswig-Holstein à Schleswig aura ensuite à décider si l'homme doit être placé en détention en vue d'une remise à l'Espagne.

Carles Puigdemont risque 25 ans de prison, il pourrait demander l’asile politique à l’Allemagne. La justice allemande doit décider quelle suite donner au mandat d’arrêt. Le gouvernement allemand n'a pas encore réagi.

Heurts, hier, à Barcelone:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK