Arnaud Zacharie (CNCD 11.11.11): "Le repli sur soi ne freine pas la solidarité"

Sophie Wintgens et Arnaud Zacharie ont coordonné ensemble un ouvrage rédigé en collaboration avec une dizaine de chercheurs. Cette réflexion est consacrée à l’impact des pays émergents sur la gouvernance mondiale. Sophie Wintgens est chargée de recherches FNRS au Centre d’études de la vie politique à l’ULB. Arnaud Zacharie est le secrétaire général du Centre national de coopération au développement (CNCD 11.11.11).

Pourquoi donner à l’opération 11.11.11 plutôt qu’à d’autres organisations ou initiatives ? "L’opération 11.11.11 a été créée pour rassembler les différentes causes auxquelles on pourrait être sensible", explique Arnaud Zacharie. "Donner à notre opération, c’est donner à une trentaine d’ONG belges à travers plus de 180 projets. C’est aussi une opération citoyenne. De peuple à peuple, on ne transite pas par des gouvernements". 

Mais dans un monde de plus en plus dominé par le repli sur soi et une certaine crainte de l’autre, qu’en est-il des rentrées de telles opérations ? Le Belge est-il encore généreux ? "Oui, les Belges sont généreux", rassure Arnaud Zacharie. "Lorsqu’on regarde les recettes de l’opération 11.11.11 en 2017, elles sont en forte hausse. On a l’impression qu’il y a une montée du repli sur soi et du repli identitaire mais, à côté de cela, on constate une adhésion de plus en plus forte".

L’objectif de l’opération 11.11.11 est de récolter des fonds pour financer des programmes de développement. En 2017, 1.678.000 euros ont été récoltés. Des partenariats qui vont souvent du nord vers le sud. Mais, comme l’explique Sophie Wintgens, il existe de plus en plus de coopérations sud-sud. La Chine est notamment un pays qui s’oriente vers des coopérations envers des pays en voie de développement. "C’est ce qu’elle entend faire vis-à-vis de l’Afrique et de l’Amérique latine. Suite à la crise économique de 2008, on a vu la Chine dépasser la Banque Mondiale en termes de dollars investis en Amérique latine, notamment. Elle s’est aussi positionnée comme acteur financier, et elle s’est montrée capable d’aider à développer des pays qui, jusque-là, dépendaient de l’aide internationale".

Ils ont dit

A propos de l’élection de Sergio Moro au poste de ministre brésilien de la Justice : "C’est lui qui a fait mettre Lula en prison. Ça fait un peu remerciement pour services rendus…" (A.Z.)

Au Brésil, et ailleurs : "La pire des choses serait de laisser ces citoyens à la merci de gouvernements autoritaires" (A.Z.)

A propos du dernier mandat de chancelière d’Angela Merkel : "Je suis pour la limitation des mandats dans le temps. C’est son quatrième, je trouve ça sain." (A.Z.)

"L’interdépendance entre la Chine et l’Europe empêche l’Europe de réagir avec hostilité à la concurrence chinoise. De nombreuses entreprise françaises et allemandes dépendent de la Chine" (S.W).

Sophie Wintgens et Arnaud Zacharie étaient interrogés par Béatrice Delvaux, Françoise Wallemacq et Jacques Crémers.

Sophie Wintgens et Thierry Kellner organisent un colloque intitulé "Chine-Amérique latine et Caraïbes" à l’ULB le 30 novembre prochain. Il réunira une douzaine d’experts venus de Chine, d’Amérique latine et d’Europe. Le programme complet et les modalités d’inscription sont sur le site de la MSH.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK