Après sa démission choc, le Premier ministre libanais reçu par le roi Salmane d'Arabie

Photo fournie par le Palais royal saoudien du roi Salman (g) accueillant l'ex-Premier ministre libanais Saad Hariri, le 6 novembre 2017 à Ryad.
Photo fournie par le Palais royal saoudien du roi Salman (g) accueillant l'ex-Premier ministre libanais Saad Hariri, le 6 novembre 2017 à Ryad. - © BANDAR AL-JALOUD - AFP

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a reçu ce lundi le Premier ministre démissionnaire Saad Hariri, 48 heures après son annonce de démission surprise depuis la capitale saoudienne Ryad, en accusant le mouvement armé Hezbollah et son allié iranien de "mainmise" sur le Liban et en disant craindre pour sa vie.

Durant l'entretien, les deux hommes ont passé en revue "la situation au Liban" où la peur d'un nouveau chaos a été soulignée par les experts après cette démission, a rapporté l'agence officielle SPA.

À noter que l'agence SPA a qualifié Hariri, considéré comme un protégé de l'Arabie saoudite, "d'ancien Premier ministre", alors que sa démission n'a pas encore été acceptée par le président libanais Michel Aoun.

Depuis sa démission, qui intervient sur fond de tensions entre l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite, des rumeurs ont circulé au Liban sur le sort de Hariri. Surtout que son annonce a coïncidé avec une purge sans précédent en Arabie saoudite, où princes, ministres et hommes d'affaires ont été arrêtés dans une opération anti-corruption.

Le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a accusé ce dimanche l'Arabie saoudite d'avoir contraint Saad Hariri à la démission. Lui-même a fait part "d'inquiétudes légitimes" sur le sort de Hariri en demandant : "Est-il assigné à résidence ? Va-t-on le laisser retourner (au Liban) ?".

Entrevue entre le roi d'Arabie Saoudite et le premier ministre libanais démissionnaire Hariri

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK