Après la Chloroquine et le Tocilizumab, le Remdesivir est-il la solution contre le Covid-19 comme l'annonce Trump ?

C’est le Président Donald Trump qui l’a communiqué lui-même : "Je suis heureux d'annoncer que le laboratoire Gilead a obtenu de la FDA, l’agence américaine du médicament, l'autorisation d'utilisation en urgence pour le remdesivir", a-t-il indiqué depuis la Maison Blanche.

De quoi s’agit-il ? C’est une molécule du laboratoire Gilead. Selon une vaste étude (en anglais) menée par les National Institutes of Health (Instituts nationaux de santé) américains, il écourte la durée de rétablissement des patients atteints du Covid-19. Il devient ainsi le premier médicament ayant prouvé son efficacité dans le cadre d'un essai clinique randomisé avec un échantillon significatif.

1063 patients dans le monde 

Le remdesivir a déjà été donné à des patients du monde entier, à la fois dans le cadre d'essais cliniques et en dehors. Comme rapporté par France Info, l'étude compte parmi les plus grandes et les plus attendues, avec l'essai européen Discovery, dont on attend encore les résultats. L'essai a inclus 1 063 patients, dans 47 sites aux Etats-Unis et 21 autres en Europe et en Asie. C'est à ce jour la plus grande étude sur le remdesivir pour laquelle des résultats sont disponibles. Elle a été menée en double aveugle, c'est-à-dire que ni les patients ni les médecins ne savaient si la solution injectée quotidiennement par intraveineuse pendant dix jours était le remdesivir ou le placebo, qui ne contenait que des ingrédients inactifs.

Rétablissement accéléré et baisse du taux de mortalité 

Avec quels résultats ? Selon les résultats préliminaires, annoncés mercredi 29 avril, les patients hospitalisés atteints du Covid-19 et en détresse respiratoire se sont remis plus vite que ceux recevant un placebo. Plus précisément, les malades soignés au remdesivir se sont rétablis 31% plus vite en moyenne que les autres. "Les données montrent que le remdesivir a un effet clair, significatif et positif pour réduire le temps de rétablissement" des malades, a déclaré Anthony Fauci, directeur de l'Institut des maladies infectieuses qui a dirigé l'essai, dans le Bureau ovale de la Maison Blanche.

Les résultats ont aussi montré que le remdesivir abaissait le taux de mortalité − de 11,7% à 8%. Mais cette donnée est considérée comme moins fiable car en dessous du niveau de pertinence statistique.

L’optimisme et la prudence

Si les patients qui avaient des symptômes depuis peu de temps semblaient réagir le mieux au médicament, ceux qui étaient dans des états plus critiques semblaient aussi pouvoir en tirer des bénéfices.

Cela s'explique car le virus déclenche un emballement de la réaction immunitaire, phénomène nommé "orage de cytokines", qui s'attaque aux organes, notamment aux poumons. "En limitant la réplication du virus, on va limiter l'inflammation, on va réduire le nombre de personnes qui développent des problèmes aux poumons, et on va pouvoir les débrancher des respirateurs plus rapidement", a détaillé Merdad Parsey, cité par nos collègues de France Info. 

Le problème, c’est qu’une étude chinoise publiée dans la revue scientifique The Lancet (en anglais) estime qu'il n’a pas plus accéléré la guérison ou réduit les décès qu'un placebo.

Reste qu’un espoir renaît. Et c’est ce dont a besoin la population du monde entier. Depuis les premiers cas apparus en décembre à Wuhan, plus de 3,3 millions de personnes ont été diagnostiquées comme porteuses du nouveau coronavirus, et 235.000 en sont mortes sur toute la planète.

Le remdesivir est-il efficace contre le coronavirus ? On répond à huit questions sur ce potentiel traitement que les Etats-Unis viennent d'autoriser en urgence

25 000 nouveaux cas par jour aux USA 

Les Etats-Unis, qui ont encore enregistré près de 1.900 décès en 24h vendredi, sont le pays le plus frappé avec près de 65.000 morts au total. Les Etats-Unis continuent pourtant de déplorer quelque 25.000 nouveaux cas par jour, un "plateau" sur lequel ils sont bloqués depuis la mi-avril.

Le patron de Gilead Sciences, Daniel O'Day, a annoncé que le laboratoire disposait actuellement de 1,5 million de doses, dont il s'est engagé à faire don, permettant de traiter 140 000 patients "sur la base d'un traitement d'une durée de dix jours". Mais, selon une autre étude, un traitement de cinq jours serait aussi efficace. L'entreprise a indiqué qu'un million de traitements à base de remdesivir pourraient être produits avant décembre, et plusieurs millions en 2021.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK