Amnesty International lance sa campagne #STOPTORTURE

Torture. Le mot fait frissonner. Il évoque un univers de souffrance et de terreur. La pratique fait l’objet d’une condamnation quasi universelle. Et pourtant, en 2014, 30 ans après l’adoption historique par l’ONU de la Convention contre la torture, celle-ci est prospère dans les trois quart des pays du monde.

Le 10 décembre 2014 sera une date particulière. Non seulement, ce sera la Journée internationale des droits de l’homme, mais ce sera en plus le 30e anniversaire de la signature de la Convention de l’ONU contre la torture et autres traitements cruels et dégradants. Une convention signée par une majorité des pays (155)…. Mais bafouée par une majorité de signataires. Souvent, sous prétexte de sécurité nationale. Ces cinq dernières années, Amnesty International a signalé des cas de torture dans au moins 141 pays. C'est ce qui a poussé l'ONG a lancer sa campagne contre la torture.

Multiplication des cas de torture

La liste des pratiques fait froid dans le dos: décharges électriques, passages à tabac, viols, simulacres d’exécution, brûlures, privation de sommeil, simulation de noyade, utilisation de tenailles, de médicaments et de chiens.

Selon une enquête menée par Amnesty international, la moitié de la population mondiale ne se sent pas à l’abri de cette pratique déshumanisante. Plus troublant, 36% des sondés pensent que le recours à la torture peut être justifié dans certaines circonstances.

Renditions

Certains États pourtant démocratiques sous-traitent même des pratiques de torture à d’autres pays moins "regardants".

Il s’agit d’obtenir des renseignements ou des "aveux". Le terme "rendition" désigne l’acte de transférer un prisonnier d’un pays à l’autre, hors du cadre judiciaire de son pays. Le détenu est parfois accompagné d’un agent de renseignement de son pays, qui est prêt à recueillir ses "confidences". Des cas d’externalisation de la torture ont ainsi eu lieu il n’y a pas si longtemps en Syrie et en Libye.

Françoise Wallemacq

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK