Amnesty exhorte l’Iran à annuler l’exécution d’un jeune homme

Amnesty international a exhorté mardi l’Iran à renoncer à l’exécution d’un Iranien de 20 ans accusé de meurtre et dont les "aveux" ont été selon l’ONG en partie obtenus sous la torture.

Avoir recours à la peine de mort contre quelqu’un qui était un enfant au moment du crime est interdit selon la loi internationale protégeant les droits humains et contrevient aux obligations internationales de l’Iran

"Les autorités iraniennes doivent immédiatement annuler l’exécution de Hossein Shahbazi prévue le 28 juin", a déclaré dans un communiqué Diana Eltahawy, directrice régionale adjointe d’Amnesty pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

"Avoir recours à la peine de mort contre quelqu’un qui était un enfant au moment du crime est interdit selon la loi internationale protégeant les droits humains et contrevient aux obligations internationales de l’Iran", a-t-elle poursuivi.


►►► A lire aussi : Iran : le futur président Ebrahim Raïssi ne veut pas "négocier pour le plaisir" sur le nucléaire


D’après l’ONG de défense des droits humains basée à Londres, Hossein Shahbazi a été arrêté en décembre 2018 alors qu’il était âgé de 17 ans et condamné à mort en janvier 2020 lors d’un "procès inique". Il a été "condamné en partie sur la base d’aveux qu’il dit avoir faits après avoir été soumis à des actes de torture et d’autres mauvais traitements".

Cette exécution "serait une terrible attaque contre les droits des enfants et constituerait un affront absolu à la justice", a affirmé Diana Eltahawy.

Plus de 80 jeunes délinquants attendent aujourd’hui dans le couloir de la mort, dont quatre risquent une exécution imminente

Trois mineurs ont été exécutés en Iran en 2020, selon Amnesty. Mardi, la Haute Commissaire aux droits humains Michelle Bachelet a indiqué qu’au moins 95 personnes, dont six femmes, avaient été exécutées en Iran depuis le début de l’année.

"Plus de 80 jeunes délinquants attendent aujourd’hui dans le couloir de la mort, dont quatre risquent une exécution imminente", a ajouté Michelle Bachelet devant le Conseil des droits de l’Homme à Genève, où elle présentait un rapport sur la situation des droits humains en Iran.


►►► A lire aussi : Qui est Ebrahim Raïssi, nouveau président ultraconservateur en Iran ?


En 2020, au moins 267 personnes, dont neuf femmes, ont été exécutées en Iran, selon Michelle Bachelet. Les condamnations à mort en Iran sont fréquemment prononcées "sur la base d’aveux extorqués sous la torture ou après de graves violations du droit à un procès équitable", a-t-elle ajouté.

Bras de fer entre l Iran et les USA sur le nucléaire (JT du 22 juin)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK