Amnesty dénonce le traitement "honteux" des migrants à Chypre

"Chypre fait preuve d'un effroyable manque de compassion et d'un mépris total de ses obligations internationales", estime Cherif Elsayed-Ali, le directeur d'Amnesty International pour les droits des migrants et des réfugiés.

"Il est honteux de penser qu'au sein de l'Union européenne, des personnes qui n'ont commis aucun crime sont maintenues en rétention dans des conditions comparables à la prison pour des périodes parfois supérieures à 18 mois", ajoute-t-il.

Au moins une personne est détenue à Menogia, le principal centre de rétention de l'île, depuis plus de 22 mois, en violation de la règle européenne fixant à 18 mois la durée maximum autorisée, souligne également Amnesty. "Derrière une double barrière en métal, les détenus vivent les uns sur les autres, et ne sont autorisés à quitter le bâtiment que deux heure et demie par jour".

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK