Amnesty appelle le Maroc à enquêter sur la mort d'une migrante tuée par la Marine

La Marine royale marocaine avait ouvert le feu sur une embarcation à moteur transportant une vingtaine de migrants marocains en Méditerranée.
La Marine royale marocaine avait ouvert le feu sur une embarcation à moteur transportant une vingtaine de migrants marocains en Méditerranée. - © FADEL SENNA - AFP

Amnesty international a appelé ce lundi les autorités marocaines à enquêter sur la mort de Hayat Belkacem, une jeune femme tuée par la Marine alors qu'elle tentait de gagner clandestinement les côtes espagnoles en bateau.

"Les autorités marocaines doivent mener une enquête indépendante sur la mort de Hayat et les blessures graves de trois autres citoyens marocains", a appelé lundi sur Twitter l'organisation basée à Londres.

La Marine royale marocaine avait ouvert le feu le 25 septembre sur un "go-fast", une puissante embarcation à moteur transportant une vingtaine de migrants marocains en Méditerranée, au large de Fnideq (nord).

Touchée par les tirs, Hayat Belkacem, une étudiante marocaine en droit, issue d'un milieu très modeste à Tétouan (nord), a succombé à ses blessures le même jour à l'hôpital. Sa mort a suscité une vive émotion et des réactions d'indignation dans le royaume.

Trois autres passagers, âgés de 20 à 30 ans, ont été blessés, tandis que le pilote de l'embarcation, de nationalité espagnole, a été arrêté.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont partagé des portraits de la "martyre Hayat", dont le "seul tort était de vouloir quitter la misère pour aider sa famille".

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK