"Allez Minette", Silvio Berlusconi s'amuse à proposer un nouveau nom pour son parti

Silvio Berlusconi
Silvio Berlusconi - © Belga / Benoît Doppagne

Silvio Berlusconi, dont la cote de popularité en Italie est à un plus bas historique de 24%, a plaisanté jeudi sur le nouveau nom qu'il pourrait donner, our le relancer, à son parti, Peuple de la liberté, en proposant: "Allez Minette", allusion à son goût assumé des jolies femmes.

"On va changer le nom du PDL parce que les gens ne l'aiment pas. Nous acceptons toutes les suggestions, nous ferons faire des sondages", a-t-il indiqué à des parlementaires de son parti, selon les médias. Avant d'ajouter en plaisantant: "on me dit que le nom qui aurait le plus de succès est 'Forza Gnocca' (Allez Minette)", terme familier pour qualifier une femme avenante, qui étymologiquement se réfère au sexe féminin.

La plaisanterie n'a pas été du goût de tout le monde.

Aldo Di Biagio, député du parti dissident de droite Futur et Liberté lui a dit de "cesser de se présenter à l'Assemblée pour raconter des blagues ridicules" alors que "le pays est à la dérive, les agences de rating continuent de nous déclasser et le gouvernement a démontré qu'il n'est pas en mesure de réaliser les réformes nécessaires".

Dans une allusion à ses frasques sexuelles et au procès Rubygate où il est actuellement jugé à Milan pour prostitution de mineure, la présidente du Parti démocrate, Rosy Bindi a estimé que "le seul parti qu'il a eu et le seul qu'il n'a pas eu besoin de fonder dans sa vie c'est celui-là, même si on ne devrait pas répondre par une blague tant la situation est tragique".

Inhabituellement, une députée du parti berlusconien PDL a réagi très négativement: "Nous connaissons et apprécions tous l'ironie et la grande sympathie du président (du Conseil), mais parfois la plaisanterie la plus réussie peut se révéler hors de propos et peu amusante", a déploré Barbara Saltamartini, responsable de son parti pour l'égalité entre les sexes.

AFP

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK