Allemagne : Olaf Scholz, nouveau chancelier, a prêté serment

Deux mois et demi après les élections en Allemagne, le social-démocrate Olaf Scholz est officiellement devenu chancelier, faisant revenir le centre-gauche au pouvoir et refermant définitivement les 16 années de l'ère Angela Merkel.

La session a commencé à 9 heures ce mercredi. Les 736 députés du Bundestag issu du scrutin du 26 septembre l'ont élu à bulletin secret. Comme on le voit dans la vidéo ci-dessous, ils ont tous été appelés à voter dans un isoloir installé dans un coin de l'hémicycle. 

Angela Merkel était évidemment présente dans l'hémicyle. Avant l'ouverture de la séance plénière, elle a été longuement applaudie par les députés, la plupart debout. En réponse, Angela Merkel, masque médical sur le visage, les a salués de la main depuis la tribune d'honneur.

395 voix pour

L'élection d'Olaf Scholz comme neuvième chancelier de l'Allemagne d'après-guerre ne faisait aucun doute: son Parti social-démocrate (SPD), arrivé en tête aux législatives, dispose d'une confortable majorité (206 sièges), avec ses deux nouveaux partenaires de coalition, les Verts (118 sièges) et les libéraux du FDP (92). Il lui faut 369 voix pour être élu.

La présidente du Parlement Bärbel Bas a fait le compte : 395 votes pour, 303 voix contre et six abstentions. Elle a ensuite demandé à Olaf Scholz s'il acceptait son élection par le Bundestag. "J'ai dit oui" a-t-il twitté. Il est donc bien le nouveau chancelier allemand.

Olaf Scholz prête serment

Après avoir reçu les félicitations des députés, Olaf Scholz a pris la direction du château de Bellevue, la résidence du président de la République fédérale, Frank-Walter Steinmeier. Lors d'une brève cérémonie, il y a reçu son "acte de nomination", un document administratif qui marque le début officiel de son mandat. 

Olaf Scholz est ensuite retourné au Bundestag pour y prêter serment (vidéo en tête d'article). Il a été accueilli par une salve d'applaudissement, et a à nouveau été applaudi après avoir lu l'article 56 de la Loi fondamentale allemande et juré de s'y conformer. "Je jure de consacrer mes forces au bien du peuple allemand, d'accroître ce qui lui est profitable, d'écarter de lui tout dommage, de respecter et défendre la Loi fondamentale et les lois de la fédération, de remplir mes devoirs avec conscience et d'être juste envers tous", stipule cet article.

Les nouveaux ministres prêtent serment à leur tour

Le nouveau chancelier est ensuite reparti à la résidence du président de la République fédérale, où les ministres ont chacun reçu leur acte de nomination. "Je sais que vous, le nouveau gouvernement fédéral, prenez au sérieux la grande responsabilité qui pèse désormais sur vos épaules" en matière de lutte contre le Covid-19, a déclaré le président Steinmeier. "Dans cette situation d'urgence, il est essentiel de ne pas écouter les plus bruyants mais de faire en sorte que la pandémie ne nous tienne pas sous son emprise une année de plus et que la vie publique puisse à nouveau aller de soi", a-t-il fait valoir.

Olaf Scholz et son gouvernement se sont alors à nouveau rendus, une fois encore, au parlement, pour la prestation de serment des ministres.

2 images
Le nouveau chancelier et le président allemands posent avec les ministres du nouveau gouvernement. © AFP or licensors

Parité

Féministe convaincu, Olaf Scholz prend les rênes d'un gouvernement composé pour la première fois d'autant d'hommes que de femmes.


►►►A lire aussi : Allemagne : qu’est-ce qui va changer avec le nouveau chancelier Olaf Scholz ?


Trois d'entre elles sont désignées à la tête de ministères clés: les Affaires étrangères pour l'écologiste Annalena Baerbock, la Défense et l'Intérieur pour les deux sociales-démocrates Christine Lambrecht et Nancy Faeser.

Inédit, le gouvernement l'est sera aussi dans sa composition politique. Il réunit en effet pour la première fois depuis les années 1950 trois partis: le SPD, les Verts et le Parti libéral-démocrate (FDP).

Malgré des programmes électoraux parfois aux antipodes, ces trois formations sont parvenues rapidement à s'accorder sur un programme qui fait la part belle à la protection du climat, la rigueur budgétaire et l'Europe.  

Fin de l'ère Merkel

Après la prestation de serment des ministres, Olaf Scholz s'est rendu à la chancellerie, pour une passation de pouvoir avec Angela Merkel, dont il a été le ministre des Finances et le vice-chancelier ces 4 dernières années. 


►►►A lire aussi : Angela Merkel a transmis la chancellerie à Olaf Scholz


Ce jour marque le retrait d'Angela Merkel à l'issue de quatre mandats qui, à neuf jours près, ne lui auront pas permis de battre le record de longévité détenu par Helmut Kohl (1982-1998). La dirigeante a quitté définitivement la chancellerie.

2 images
Angela Merkel devant les photographes avant l'ouverture de la session. © AFP or licensors

Première visite en France et à Bruxelles

Comme le veut la tradition, Olaf Scholz réservera sa première visite au président français Emmanuel Macron qui devrait le recevoir vendredi, jour où il se rendra également à Bruxelles.

La nouvelle cheffe de la diplomatie, attendue dès jeudi à Paris, participera quant à elle à Liverpool ce week-end à une réunion des ministres des Affaires étrangères du G7.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK