Allemagne : les sociaux-démocrates du SPD ont nommé officiellement leur candidat à la chancellerie

Les sociaux-démocrates allemands ont désigné à une large majorité Olaf Scholz comme leur candidat pour succéder à la chancelière Angela Merkel en septembre, dimanche lors d'une conférence numérique à Berlin. L'actuel ministre des Finances a bénéficié du soutien de 96,2% des quelque 600 représentants participant.

Pour les sociaux-démocrates, il s'agit avant tout de regagner du terrain face aux Verts qui, selon les sondages, deviendraient le principal rival de la CDU conservatrice de Merkel. Olaf Scholz met donc de forts accents verts dans sa campagne. Il veut que l'Allemagne soit climatiquement neutre d'ici 2045 au plus tard.


►►► Lire aussi : 15 ans de pouvoir : Angela Merkel, la chancelière inusable


En outre, Olaf Scholz tente également de se distinguer personnellement de la candidate verte, Annalena Baerbock, à qui on reproche un manque d'expérience. Olaf Scholz était maire de Hambourg, ministre des Finances et vice-chancelier du gouvernement actuel. "Je peux apporter mon expérience, ma force et mes idées", a-t-il fait valoir.

Olaf Scholz a également fait des promesses électorales concrètes, telles que des investissements importants dans le système de santé, les écoles et les transports publics. "Je veux améliorer les fondamentaux de la vie quotidienne", a-t-il déclaré. Le social-démocrate a également plaidé pour un salaire minimum de 12 euros de l'heure et de meilleurs salaires pour les soignants.

Le secrétaire général Lars Klingbeil a concentré ses critiques sur la CDU du candidat chancelier Armin Laschet, qu'il a décrit comme un parti pris en otage par des scandales et une lutte acharnée pour le pouvoir. "En termes de contenu, il n'y a rien, et ce serait bien pour l'Allemagne que ce parti n'assume plus la responsabilité", a déclaré Lars Klingbeil.


A lire aussi : Allemagne : qui est Armin Laschet, celui qui pourrait succéder à Angela Merkel ?


Selon un sondage du journal Bild, le SPD ne pouvait charmer que 16% des électeurs à ce stade. La CDU et son parti frère bavarois CSU devraient se contenter de 23% et les Verts deviendraient le plus grand parti avec 26%.


A lire aussi : Allemagne : selon un sondage, les Verts seraient en tête devant la CDU d'Angela Merkel


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK