Allemagne: la piste russe évoquée après une cyberattaque contre un hôpital

Allemagne: la piste russe évoquée après une cyberattaque contre un hôpital
Allemagne: la piste russe évoquée après une cyberattaque contre un hôpital - © Westend61 - Getty Images/Westend61

Les autorités allemandes ont évoqué la piste russe après le piratage informatique d'un hôpital de Düsseldorf qui a empêché la prise en charge d'une patiente, morte par la suite, selon un rapport des enquêteurs rendu public mardi.

L'attaque, survenue dans la nuit du 9 au 10 septembre, avait notamment paralysé les urgences de l'établissement. Une femme de 78 ans, gravement malade, avait par conséquent dû être prise en charge dans une ville plus éloignée, après un délai d'une heure. S'il n'est pas à ce stade avéré que le décès est bel et bien lié à ce défaut de prise en charge immédiate, le parquet de Cologne a ouvert une enquête pour homicide involontaire. Le cas a toutefois été décrit comme le premier décès connu lié directement à une cyberattaque visant un hôpital.

Dans un rapport, les enquêteurs évoquent désormais la piste d'un groupe de hackeurs russes utilisant un logiciel malveillant pour crypter des données et les prendre en otage dans l'objectif de forcer l'utilisateur à payer une rançon. Ce rançongiciel, connu sous le nom de "DoppelPaymer", a déjà été utilisé "dans de nombreux cas par un groupe de hackeurs qui, selon l'avis d'entreprises privées de sécurité informatique, agiraient depuis la Russie", note le parquet de Cologne.

Informés par la police que l'attaque avait paralysé un hôpital, les pirates informatiques ont "abandonné leur tentative de chantage" et transmis sans paiement la clé permettant le déchiffrage - ce qui suggère, selon le parquet, que l'attaque visait non pas l'hôpital universitaire mais l'université de Düsseldorf elle-même. Celle-ci avait reçu la lettre dans laquelle les hackeurs demandaient à être contactés, a priori pour négocier une rançon.

L'Allemagne a connu plusieurs attaques de pirates informatiques contre des établissements de recherche et d'enseignement supérieur ces derniers mois, à Giessen, Cologne ou Bochum notamment. L'attaque pourrait s'inscrire dans le cadre d'une "campagne mondiale", ajoutent les magistrats.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK