Algérie : quatre activistes accusés de "terrorisme" par la justice

Algérie : quatre activistes accusés de "terrorisme" par la justice
Algérie : quatre activistes accusés de "terrorisme" par la justice - © RYAD KRAMDI - AFP

Cet article a été modifié en date du 22 avril 2021 pour rectifier et préciser la qualification adossée au mouvement mentionné.


Un tribunal d’Alger a émis dimanche quatre mandats d’arrêt internationaux à l’encontre de quatre activistes établis à l’étranger, des influenceurs et un dirigeant d’un mouvement islamo-conservateur, accusés notamment d’appartenir à un groupe terroriste.

Les personnes visées sont Mohamed Larbi Zeitout, un ancien diplomate résidant au Royaume-Uni, Amir Boukhors, blogueur connu sous le nom d'"Amir Dz", Hichem Aboud, un journaliste, et un certain Mohamed Abdellah.


►►► À lire aussi : Algérie : les étudiants dans la rue contre les législatives anticipées


Si les trois premiers accusés sont très prolifiques sur les réseaux sociaux, surtout depuis le début du Hirak, Mohamed Abdellah, qui vit à l’étranger, est inconnu du grand public.

En outre, ce même procureur a requis dimanche le placement sous mandat de dépôt d’un certain Ahmed Mansouri, un ancien militant islamiste repenti, arrêté le 28 février et depuis en détention provisoire.

L’action de la justice algérienne survient au moment où le Hirak mobilise à nouveau des milliers d’Algériens chaque semaine dans les rues contre le régime, tandis que le président Abdelmadjid Tebboune a convoqué des élections législatives le 12 juin prochain.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK