Le président Bouteflika inapte à gouverner selon le chef d'état-major de l'armée

Photo du chef d'état-major de l'armée algérienne, le général Ahmed Gaïd Salah, le 6 février 2019 à Alger
Photo du chef d'état-major de l'armée algérienne, le général Ahmed Gaïd Salah, le 6 février 2019 à Alger - © RYAD KRAMDI

Le chef d'état-major de l'armée algérienne a demandé mardi que soit engagée la procédure prévue par l'article 102 de la Constitution, quand le président de la République "pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions".

Le mandat de trop

Le 22 février, c'est par communiqué que l'annonce est faite. Après des jours de rumeur, Abdelaziz Bouteflika se présentera bien à un cinquième mandat. "Bien sûr, je n'ai plus les mêmes forces physiques qu'avant (...)". "Mais la volonté inébranlable de servir la patrie (...) me permet de transcender les contraintes liées aux ennuis de santé", précise le communiqué. Immédiatement, des milliers d'algériens descendent dans les rues des grandes villes du pays en signe de protestation. Les mêmes marches de protestations se répètent dans les jours qui suivent. Rassemblant toujours plus de monde sous des slogans très explicites " pas de 5e mandat pour Bouteflika". Le Premier ministre lance une mise en garde où il évoque la Syrie et la guerre qui y a débuté suite à des manifestations de contestations du pouvoir. Le président Bouteflika, gravement malade , est hospitalisé à Genève pendant toute cette période.

Une marée humaine

Le 8 mars, les rues d'Alger se remplissent de protestataires comme jamais encore auparavant. Quelques heurts sont signalés à la fin de la manifestation mais a part ces quelques incidents, toutes ces manifestations se déroulent pacifiquement, sans violence. Le président revient en Algérie et un nouveau communiqué annonce, le 11 mars qu'il renonce à se présenter à un 5e mandat.  " Je comprends tout particulièrement le message porté par les jeunes en termes, à la fois, d'angoisse et d'ambition pour leur avenir propre et pour celui du pays. () Il n'y aura pas de cinquième mandat, il n'en a jamais été question pour moi. " D'autres mesures sont annoncées dans la foulée,  Le premier ministre démissionne, un remaniement ministériel est annoncé et une nouvelle constitution est promise à un référendum. Les élections sont reportées, ce qui fait que le mandat présidentiel d'Abdelaziz Bouteflika est prolongé sans date de fin définie.

Le scénario des prochains jours

L'article 102 de la Constitution prévoit également la procédure suivie en cas de démission du président de la République.

"Il devient nécessaire, voire impératif, d'adopter une solution pour sortir de la crise, qui répond aux revendications légitimes du peuple algérien, et qui garantit le respect des dispositions de la Constitution et le maintien de la souveraineté de l'Etat", a déclaré le général Ahmed Gaïd Salah, un fidèle de Abdelaziz Bouteflika, dans une discours diffusé à la télévision nationale.

L'article 102 de la Constitution prévoit que le Parlement, sur proposition du Conseil constitutionnel "réuni de plein droit", déclare à la majorité des deux-tiers, "l'état d'empêchement" lorsque "le Président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions".

Intérim de 45 jours

Le président du Conseil de la Nation (chambre haute), prend alors l’intérim pendant 45 jours. Si "l'empêchement" se poursuit à l'issue de ce délai, est déclarée la "vacance" du pouvoir. L’intérim se poursuit durant 90 jours maximum, période durant laquelle une présidentielle est organisée.

Le président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaiz, 70 ans, qui doit réunir son institution pour proposer l'application de l'article 102 est un fidèle du chef de l'Etat et l'un de ses conseillers.

Journal télévisé 05/03/2019

Alors que la contestation se poursuit dans les rues de la capitale, le chef d'état-major de l'armée algérienne, le général Ahmed Gaïd Salah, en visite dans une académie militaire, met en garde ceux qui veulent ramener l'Algérie aux années de guerre civile

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK