Aide humanitaire: appel conjoint sans précédent de l'ONU et de la Croix-Rouge

Derrière les sourires, la préoccupation: Ban ki-Moon et Peter Maurer ont lancé samedi à Genève un appel urgent et "sans précédent" à des actions concrètes pour résoudre les conflits en cours.
Derrière les sourires, la préoccupation: Ban ki-Moon et Peter Maurer ont lancé samedi à Genève un appel urgent et "sans précédent" à des actions concrètes pour résoudre les conflits en cours. - © SALVATORE DI NOLFI - AFP

Le secrétaire général de l'ONU Ban ki-Moon et le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer ont lancé samedi à Genève un appel urgent et "sans précédent" à des actions concrètes pour résoudre les conflits en cours.

"Nous avons rarement vu autant de personnes en mouvement, autant d'instabilité, autant de souffrance", a déclaré le président du CICR. "Dans les conflits armés en Afghanistan, en Irak, au Nigeria, au Soudan du Sud, au Yémen et ailleurs, les combattants défient les normes les plus élémentaires d'humanité (...) L'instabilité ne cesse de s'étendre. Les souffrances augmentent", a ajouté Peter Maurer.

Une nombre record de réfugiés à travers le monde

Quelque 60 millions de personnes dans le monde ont quitté leurs foyers cette année en raison de conflits et de la violence - un nombre jamais atteint depuis la Deuxième Guerre mondiale. "Devant l'inhumanité flagrante, le monde a montré une paralysie troublante", a déclaré de son côté Ban ki-Moon. "La communauté internationale doit réaffirmer son humanité et respecter ses engagements en matière de droit humanitaire international. Aujourd'hui, nous parlons d'une seule voix afin d'encourager les États membres à prendre des mesures concrètes et immédiates afin de soulager la souffrance des civils", a-t-il poursuivi.

"Même la guerre a des règles, et il est temps de les renforcer"

Les deux responsables ont souligné que les Nations Unies et le CICR occupaient une situation unique pour témoigner des conséquences des conflits. Les deux responsables ont exhorté les Etats à utiliser tous les moyens à leur disposition afin que les parties impliquées dans des conflits "respectent le droit". Evoquant les bombardements des hôpitaux de MSF en Afghanistan et au Yémen, M. Maurer a indiqué que les attaques contre le personnel médical survenaient "tous les jours ou toutes les semaines" désormais, et non plus "tous les mois".

Ban ki-Moon a rappelé que "même la guerre a des règles, et il est temps de les renforcer".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK