Agression d'un couple de femmes dans un bus londonien: les suspects libérés sous caution

"Les cinq personnes interpellées à la suite de l'agression d'un couple de femmes dans un bus londonien ont été libérées sous caution samedi et convoquées pour début juillet", a annoncé la police britannique. 

Quatre adolescents, âgés de 15 à 18 ans, avaient été arrêtés vendredi, et un cinquième (16 ans) samedi. Placés plusieurs heures en garde à vue, ils sont soupçonnés de coups et blessures graves et de vol par la police, qui "ne cherche pas d'autres parties en lien avec l'incident".

L'une des deux victimes, Melania Geymonat, une Uruguayenne de 28 ans, a expliqué que sa petite amie Chris et elle se trouvaient dans un bus de nuit, roulant tôt le matin du 30 mai à Camden, dans le nord-ouest de Londres, lorsqu'un groupe de jeunes hommes les a prises à partie. " L'un d'eux était quelques sièges derrière nous et a commencé à jeter des pièces de monnaie sur nous. Mélania a essayé de désamorcer la situation, elle était amicale, et essayait de les tenir à distance. Ils ont commencé à se comporter comme des hooligans, exigeant que nous nous embrassions pour qu'ils puissent nous regarder, nous traitant de lesbiennes et décrivant des positions sexuelles", a raconté Melania Geymonat.

Je veux que les gens se lèvent et dénoncent ces personnes

Ensuite "Chris s'est retrouvée au milieu du bus et ils l'ont frappée", a-t-elle encore dit, expliquant avoir également été agressée. Aujourd'hui, les deux jeunes femmes dénoncent une libéralisation de la parole homophobe. "Je veux que les gens se lèvent et dénoncent ces personnes qui se sentent légitimées par l'extrême droite populiste, qui est, pour moi, responsable de l'augmentation des crimes de haine", a affirmé Mélania.

Sur une photo prise par elle et postée sur Facebook, on la voit saigner du nez, la chemise couverte de sang, tandis qu'à ses côtés son amie a le visage en sang et semble bouleversée. Leurs agresseurs leur ont aussi subtilisé un téléphone portable et un sac.

Le commissaire Andy Cox, de Scotland Yard, a qualifié vendredi l'agression d'"attaque répugnante contre deux femmes qui semblent avoir été choisies et ciblées par un groupe de jeunes". Pour lui, "les attaques de ce type dans les bus londoniens sont rares".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK