Afrique du Sud: nouvelle manifestation des grévistes de Marikana, reprise des pourparlers

Le dispositif de police a été renforcé autour du site du groupe Lonmin dont la mine de platine est à l'arrêt depuis plus de 25 jours.

Des véhicules blindés avaient été déployés et deux hélicoptères survolaient la zone où près de 500 mineurs marchaient vers l'un des puits de la mine en chantant des slogans hostiles au syndicat majoritaire, le NUM, a constaté une journaliste de l'AFP sur place.

Les mineurs portaient des bâtons, mais ni lances ni machettes comme début août.

Une vingtaine de manifestants étaient venus avec les portraits de l'un des mineurs tués par la police lors de la fusillade du 16 août qui a fait 34 morts.

Les négociations associant direction, syndicats, délégation de grévistes devaient reprendre à la mi-journée à Rustenburg, à une trentaine de km de là, sous l'égide du ministère du Travail.

"Nous sommes à la croisée des chemins. On va vers un accord ou une impasse", a indiqué à l'AFP Gideon du Plessis, secrétaire général du syndicat Solidarity, partie prenante aux discussions et qui représente surtout l'encadrement.

"Si les travailleurs insistent pour avoir 12.500 rands (1.250 euros environ par mois) comme un minimum absolu, on aura une impasse", a-t-il ajouté, et le groupe Lonmin n'aurait pas d'autre choix que d'entamer des procédures disciplinaires ou de licenciement.

Mercredi, une infime minorité de travailleurs étaient à leur poste à Marikana, selon le groupe qui donnait un taux de 4,2% de présents, en soulignant que "les salariés attendent le résultat de la réunion d'accord de paix".


AFP

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK