Afghanistan: une ONG dit que les talibans sont prêts à laisser des femmes travailler

Les talibans ont accepté le principe de laisser des femmes travailler pour le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), mais il faudra du temps pour que cela se mette en place, a indiqué à l'AFP le directeur général de l'ONG.

"Nos employées doivent pouvoir travailler librement avec leurs collègues masculins dans tout le pays", a déclaré Jan Egeland lundi à Kaboul, après sa rencontre avec les ministres talibans des Affaires étrangères, et des Réfugiés et du Travail humanitaire.

Les ministres "ont sur le principe dit être d'accord", mais admis que "cela avançait lentement et allait prendre du temps".

Le NRC est l'une des organisations humanitaires les plus actives en Afghanistan.

L'ONG tente de négocier des accords au niveau local dans sept des 14 provinces où elle est implantée pour que les femmes puissent y reprendre leur travail, selon Jan Egeland.


►►► A lire aussi: Afghanistan: les talibans exposent les corps de quatre ravisseurs tués à Herat


Comme d'autres ONG, le NRC doit s'adapter aux consignes fluctuantes des talibans quant au travail des femmes et à leur application variable sur le terrain.

A certains endroits, les femmes peuvent travailler avec les hommes, dans d'autres la non-mixité est de mise et ailleurs elles sont tout simplement interdites de travail, tout cela au bon vouloir des responsables talibans locaux.

Depuis leur retour au pouvoir à la mi-août, les islamistes ont tenté de rassurer la population afghane et la communauté internationale, en affirmant qu'ils se montreraient moins stricts que par le passé.

Mais dans la fonction publique, les femmes ne sont pas encore retournées au travail. Et les collèges et lycées restent fermés pour les filles, même si les talibans ont affirmé qu'elles reprendraient les cours "aussi vite que possible".

Sur le même sujet:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK