Affaire Woerth: le secret des sources violé par l'Elysée ?

RTBF
RTBF - © RTBF

Le quotidien français Le Monde annonce qu'il va déposer plainte contre X pour violation du secret des sources. Le quotidien estime que "l'Elysée a eu recours, courant juillet, à des procédés qui enfreignent directement la loi sur la protection du secret des sources des journalistes".

L'affaire Woerth-Bettencourt, qui tient l'hexagone en haleine depuis plusieurs mois, va-t-elle prendre un tour différent avec la révélation, par le Monde, que sa rédaction aurait été victime d'écoutes orchestrées directement à l'Elysée?

D'après Le Monde, c'est la publication d'informations relatives aux auditions de Patrice de Maistre, François-Marie Banier et Fabrice Goguel dans les éditions du quotidien des 18 et 18 juillet qui aurait provoqué l'ire de l'Elysée. Ordre aurait été donné aux agences de renseignement, en particulier à la Direction générale de la police nationale (DGPN), et à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) de localiser l'origine des fuites.

Au terme de leur enquête, les limiers ont identifié un certain David Sénat, haut fonctionnaire détaché au cabinet de la Garde des Sceaux Michèle Allio-Marie, comme la source des révélations sur l'enquête. Son numéro de téléphone a été analysé et il est apparu que le journaliste du Monde faisait partie de ses contacts habituels. L'homme a depuis été relevé de ses fonctions et envoyé en mission à... Cayenne, en Guyane.

Secret des sources violé par l'exécutif

Le Monde estime que le secret des sources a été violé par l'exécutif, alors que la loi relative à la protection du secret des sources des journalistes avait précisément été renforcée par la loi du 4 janvier 2010.

La DCRI a assuré au Monde que les écoutes avaient été réalisées dans le cadre de sa "mission de protection des intérêts de l'Etat". La direction du quotidien français ne l'entend pas de cette oreille et considère que le fait d'avoir cherché à découvrir "les sources d'un journaliste au moyen d'investigations portant sur toute personne qui, en raison de ses relations habituelles avec un journaliste, peut détenir des renseignements permettant d'identifier ces sources", est clairement visé par la loi comme une atteinte au secret des sources.

T.N.

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK