Affaire Woerth/Bettencourt : de nouvelles pièces apparaissent

RTBF
RTBF - © RTBF

L'affaire Woerth/Bettencourt avec ses suspicions d'évasion fiscale, de conflit d'intérêt et de financement illégal de parti politique, pourrait connaître de nouveaux développements avec les perquisitions menées lundi et la révélation d'un mémo adressé aux Bettencourt.

Ce nouveau lièvre, c'est le Nouvel Observateur qui l'a levé en publiant un mémo adressé par Patrice de Maistre, leur gestionnaire de fortune, au couple Bettencourt. Daté du 29 septembre 2006, il détaille selon quelles modalités et pour quels montants les propriétaires de L'Oréal peuvent apporter leur concours financier aux "bonnes uvres" de Nicolas Sarkozy et de l'UMP.

A tout le moins, la date de ce mémo (29 septembre 2006) contredit des affirmations de Patrice de Maistre selon lesquelles il n'aurait pas eu de contact en tête à tête avec Eric Woerth avant 2007, et qu'il ne s'était occupé de financement de parti politique qu'à partir de 2010.

Autre constat : les dons (légaux, jusqu'à preuve du contraire) faits à l'UMP et à certains de ses membres s'élèvent déjà, dès 2006, à un minimum de 30 000 euros.

Tout ceci n'a pas empêché le président Nicolas Sarkozy de balayer les soupçons pesant sur son ministre du travail Eric Woerth, lors de son intervention télévisée de lundi soir.  "Eric Woerth est un homme honnête et compétent, qui a toute ma confiance et toute celle du Premier ministre", a-t-il asséné, qualifiant de "honte" le fait qu'on ait pu le suspecter d'avoir "ramassé des enveloppes" chez les Bettencourt.

Des perquistions, mais pas encore de juge d'instruction

Estimant Eric Woerth lavé de tout soupçon par un rapport de l'Inspection générale des finances, fort opportunément tombé dimanche, Nicolas Sarkozy a voulu considérer l'incident comme clos. Las, comme le relève le Nouvel Observateur, le rapport en question "n'a apporté aucune réponse sur plusieurs soupçons: on ne sait toujours pas si Eric Woerth a fait embaucher sa femme par Liliane Bettencourt, on ne sait pas si Florence Woerth avait connaissance d'évasion fiscale, on ne sait pas si le ministre a reçu des enveloppes d'argent... "

Et comme pour souligner que l'affaire ne fait que commencer aux yeux de la justice, le Procureur de Nanterre Philippe Courroye, a ordonné sept perquisitions lundi après-midi. Elles visaient différents bureaux, dont une annexe de la propriété de Liliane Bettencourt qui serait occupée par sa nouvelle comptable ; mais aussi le domicile de l'ami de Liliane Bettencourt François-Marie Banier, ainsi que les bureaux de son avocat et de son notaire.

Certains, dont le fondateur du journal en ligne Mediapart Edwy Plenel, reprochent toutefois au magistrat qui dépend directement de la chancellerie, d'être un proche de Nicolas Sarkozy et d'agir de manière partiale. Il s'en défend, se disant habitué aux critiques : "Je n'ai pas à me justifier ni à me défendre". Mais il juge pourtant que l'ouverture d'une information judiciaire confiée à un juge d'instruction, n'est pas nécessaire à se stade, contribuant ainsi à alimenter les critiques de ceux qui lui reprochent sa partialité.

 

Thomas Nagant avec NouvelObs.com

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK