Affaire Pegasus : Amnesty demande un moratoire sur l’utilisation des technologies de cybersurveillance

Les révélations sur le logiciel d’espionnage Pegasus révèlent "une crise des droits humains mondiale" pour l’ONG Amnesty international, qui demande samedi un moratoire sur la vente et l’utilisation des technologies de surveillance avant la mise en place d’un cadre réglementaire.

L’ONG alerte dans un communiqué sur "les effets dévastateurs sur les droits humains partout dans le monde d’un secteur de la cybersurveillance peu réglementé".

Il s’agit d’un secteur dangereux qui opère depuis trop longtemps à la limite de la légalité

Les révélations du projet Pegasus "montrent clairement les dangers et les préjudices auxquels sont exposées les personnes illégalement prises pour cible", a déclaré Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International, citée dans ce communiqué.

La société israélienne NSO, qui a conçu le logiciel, "est une entreprise parmi d’autres. Il s’agit d’un secteur dangereux qui opère depuis trop longtemps à la limite de la légalité", déplore Amnesty.


►►► À lire aussi : Pegasus : après le temps des dénégations, des enquêtes sur le logiciel espion… Pour mieux l’encadrer ou pour le blanchir ?


"Il est absolument urgent que soit renforcée la réglementation du secteur de la cybersurveillance […] et le contrôle de ce secteur très opaque", estime l’ONG.

Amnesty International demande qu’un moratoire soit "immédiatement instauré sur l’exportation, la vente, le transfert et l’utilisation des technologies de surveillance jusqu’à ce qu’un cadre réglementaire respectueux des droits humains soit mis en place".

Des droits en dangers

"Le fait que de hauts responsables politiques aient eux-mêmes été pris dans les filets des technologies de surveillance va, espérons-le, alerter enfin les Etats du monde entier sur l’impérieuse nécessité de réagir en réglementant ce secteur", écrit l’ONG.

"Si des dirigeants de la planète sont ainsi pris pour cible, cela confirme davantage encore que les droits de toutes les personnes, notamment ceux des militant·e·s des droits humains, des journalistes et des avocat·e·s, sont en danger", souligne Amnesty.

50.000 téléphones potentiellement surveillés

Introduit dans un smartphone, le logiciel Pegasus permet d’en récupérer les messages, photos, contacts, et d’activer à distance les micros.

Les organisations Forbidden Stories et Amnesty International ont obtenu une liste de 50.000 numéros de téléphone, sélectionnés par les clients de NSO depuis 2016 pour être potentiellement surveillés, et l’ont partagée avec un consortium de 17 médias qui ont révélé son existence dimanche.


►►► À lire aussi : Affaire Pegasus : le Maroc attaque Forbidden Stories et Amnesty international en diffamation à Paris


La liste des cibles potentielles comprend les numéros d’au moins 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d’entreprise, d’après l’analyse du consortium – qui en a localisé beaucoup au Maroc, en Arabie saoudite ou encore au Mexique.

Le Monde et Radio France, membres du consortium, ont révélé qu’une ligne de téléphone d’Emmanuel Macron faisait partie des "numéros sélectionnés par un service de sécurité de l’Etat marocain […] pour un potentiel piratage".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK