Affaire libyenne: l'ex-ministre français Claude Guéant entendu par les juges

Claude Guéant est également placé en garde à vue dans l'affaire du Kazakhgate.
Claude Guéant est également placé en garde à vue dans l'affaire du Kazakhgate. - © Tous droits réservés

L'ex-ministre français de l'Intérieur Claude Guéant était entendu mardi au tribunal de Paris par les juges d'instruction qui enquêtent sur les accusations de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, selon une source proche du dossier.

Celui qui fut aussi secrétaire général de l'Elysée sous la présidence Sarkozy est arrivé mardi matin au tribunal pour répondre à cette convocation qui pourrait se conclure par une nouvelle inculpation, a constaté une journaliste de l'AFP.

Nombreux chefs d'accusation

Cet interrogatoire est le premier depuis son inculpation le 7 mars 2015, notamment pour blanchiment de fraude fiscale en bande organisée, en raison d'un virement suspect de 500.000 euros à son bénéfice.

L'ex-directeur de campagne, 73 ans, doit s'expliquer après l'inculpation en mars de Nicolas Sarkozy pour "corruption passive", "recel de détournements de fonds publics libyens" et "financement illégal de campagne électorale" puis celle, la semaine dernière, d'Eric Woerth pour "complicité" de ce financement.

Dans un rapport, la police anticorruption de l'Oclciff avait aussi souligné "l'usage immodéré des espèces" de Claude Guéant, relevant qu'il n'avait retiré que 800 euros de ses comptes en près de 10 ans, entre 2003 et 2012.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK