Affaire Khashoggi : restrictions de visas américains pour 76 Saoudiens, et sanctions financières contre des responsables militaires

Les Etats-Unis ont annoncé vendredi des restrictions de visas pour 76 Saoudiens accusés d’avoir "menacé des dissidents à l’étranger", et notamment le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué en octobre 2018 en Turquie.

Ces sanctions s’inscrivent dans le cadre d’une nouvelle règle, baptisée par le département d’Etat américain "Khashoggi ban", ou "interdiction Khashoggi", visant à interdire d’entrée aux Etats-Unis toute personne accusée de s’attaquer, au nom des autorités de son pays, à des dissidents ou journalistes à l’étranger, a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken dans un communiqué.

Ces mesures sont annoncées dans la foulée de la publication du rapport des services de renseignement américains accusant le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane d’avoir "validé" l’assassinat de Jamal Khashoggi.

Les Etats-Unis ont également annoncé des sanctions financières contre une unité d'intervention spéciale et l'ancien numéro deux du renseignement saoudien, Ahmed al-Assiri, proches du prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, pour leur rôle dans l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

Le général Assiri, un influent militaire, avait été mis en accusation mais acquitté par la justice saoudienne. La justice turque l'accuse de son côté d'être un des commanditaires du meurtre du journaliste saoudien en octobre 2018 dans le consulat de son pays à Istanbul.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK