Affaire DSK : le rapport médical de Nafissatou Diallo conclut à un viol

Nafissatou Diallo s'exprime face à la presse, le 28 juillet 2011 à New York
2 images
Nafissatou Diallo s'exprime face à la presse, le 28 juillet 2011 à New York - © Stan Honda

L'examen médical pratiqué sur Nafissatou Diallo quelques heures après son agression présumée par Dominique Strauss-Kahn le 14 mai à New York a conclu que la femme de chambre avait été violée, rapporte mardi L'Express, en citant le rapport d'un hôpital new-yorkais.

"Diagnostic : agression. Cause des blessures : agression, viol", indique ce document, qui note que Nafissatou Diallo est arrivée en ambulance et accompagnée d'un policier aux urgences de l'hôpital St Luke's Roosevelt de Manhattan à 15H59 (19H59 GMT).

L'ex-patron du FMI, qui a toujours clamé son innocence, est sous le coup de sept chefs d'accusation, notamment tentative de viol, agression sexuelle et séquestration, qui peuvent lui valoir de nombreuses années de prison.

L'auteur du rapport indique que Nafissatou Diallo est "en larmes" quand elle relate l'agression dont elle aurait été victime trois heures plus tôt dans une chambre du Sofitel de New York.

"L'homme nu aux cheveux blancs verrouille la porte et l'entraîne sur le lit", note le médecin dans son rapport, en recueillant le témoignage de Nafissatou Diallo.

L'agression se poursuit ensuite au fond du couloir, selon L'Express.

L'homme déchire ses collants et saisit "la partie extérieure de sa zone vaginale", "enfonce profondément son pénis dans sa bouche en la saisissant par les cheveux", indique le rapport.

La dernière page du document comporte un schéma de la zone vaginale de la victime, selon L'Express.

Sur ce schéma, la partie inférieure du vagin de la patiente, la "fourchette postérieure", est hachurée au crayon pour signaler l'emplacement du traumatisme, et la mention "rougeur sur la fourchette" est écrite sur le document, indique l'hebdomadaire.

Par ailleurs, "elle souffre de l'épaule gauche mais, selon elle, beaucoup moins qu'en début d'après-midi", indique le rapport médical. Kenneth Thompson, l'avocat de Nafissatou Diallo, avait indiqué, en juillet, que cette dernière avait subi une déchirure d'un ligament de l'épaule.

Arrêté le 14 mai, Dominique Strauss-Kahn a été libéré sur parole le 1er juillet après l'apparition de contradictions et de mensonges dans la déposition sous serment de Nafissatou Diallo.

Mais il est toujours privé de son passeport et ne peut quitter le territoire américain. Sa prochaine comparution devant le tribunal de New York est prévue pour le 23 août.

Les avocats de DSK protestent

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont vivement protesté mardi, après la publication d'extraits du rapport médical de sa victime présumée concluant à un viol.

"L'utilisation par les avocats de la plaignante de ce rapport médical pour confirmer ou renforcer les accusations contre Dominique Strauss-Kahn est trompeuse et malhonnête", écrivent William W. Taylor and Benjamin Brafman dans un communiqué. "La conclusion du rapport de l'hôpital est basée presque exclusivement sur les propos" de la victime présumée, "qui a prouvé de manière répétée qu'elle n'était pas crédible", ajoutent-ils.

Selon les avocats de DSK à l'inverse, "les descriptions physiques de la plaignante dans le rapport médical ne sont pas du tout des blessures et peuvent avoir été provoquées par de nombreuses autres causes qu'une agression sexuelle, y compris un rapport sexuel consenti plusieurs jours avant l'incident". 

AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK