Affaire Bettencourt: Mediapart assigné, E. Woerth sera entendu

RTBF
RTBF - © RTBF

Alors que Liliane Bettencourt assigne le site Mediapart pour obtenir le retrait des enregistrements clandestins entre la milliardaire et son entourage, on apprend qu'une enquête vise l'ami de la milliardaire, François-Marie Banier. Eric Woerth, lui, sera bientôt entendu.

Comme l'explique Le Monde, le tribunal de grande instance de Paris avait rejeté en première instance les demandes de Liliane Bettencourt et de son gestionnaire de fortune Patrice de Maistre de retirer des enregistrements pirates pratiqués au domicile de l'héritière de L'Oréal des sites du journal en ligne Mediapart et du quotidien Le Point. Dans une nouvelle assignation, les avocats de l'héritière de l'empire L'Oréal estiment que la "légitimité accordée à la diffusion d'enregistrement de propos enregistrés clandestinement, dont certains couverts par le secret professionnel, ouvre la voix à tous les excès au prétexte de la liberté d'expression".

De son côté, Edwy Plenel, assigné en tant que directeur de publication, répond: "Nos avocats, MesJean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman, défendront le droit légitime à l'information face à une demande de censure qui évoque la loi-bâillon italienne contre laquelle les journalistes de la Péninsule se mobilisent".

Edwy Plenel faisait ici référence à la loi italienne qui limite l'utilisation des écoutes téléphoniques dans les enquêtes judiciaires, mais également leur diffusion dans les médias.

Le contenu des écoutes entre Liliane Bettencourt et son entourage a donné lieu, par ailleurs, à l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Nanterre, qui s'intéresse notamment à un éventuel blanchiment de fraude fiscale et trafic d'influence, rappelle encore Le Monde.

Suite et pas fin

On apprend par ailleurs que la justice française a ouvert une nouvelle enquête liée à la fortune de Liliane Bettencourt, après la plainte d'un actionnaire du géant des cosmétiques soupçonnant le photographe François-Marie Banier, ami de la milliardaire, d'avoir bénéficié d'un contrat de complaisance très lucratif.

Les policiers de la brigade financière enquêtent déjà dans d'autres volets de la tentaculaire affaire Bettencourt au départ un conflit familial qui a viré au scandale politique dans lequel est mis en cause le ministre du Travail Eric Woerth.

Le 5 juillet, un actionnaire de L'Oréal a déposé une plainte notamment pour abus de biens sociaux en visant un contrat dont a bénéficié François-Marie Banier,
déjà poursuivi pour abus de faiblesse envers la femme la plus riche de France.

Le photographe mondain a bénéficié, à compter du 1er janvier 2002, d'un contrat de 405 000 euros par an pendant 10 ans pour des "conseils de mode et de sensibilité artistique", selon l'avocat de l'actionnaire, Me Frédérik-Karel Canoy. "Ce contrat est une dépense abusive et illicite qui va à l'encontre de l'intérêt social de l'entreprise", a-t-il estimé.

Le groupe a confirmé "l'existence d'une relation contractuelle d'ailleurs publique avec M. François-Marie Banier depuis une dizaine d'années et qui prend fin en 2011".

François-Marie Banier est déjà accusé par la fille de Liliane Bettencourt, Françoise Meyers-Bettencourt, d'avoir financièrement abusé de sa mère.

Eric Woerth bientôt entendu

Le parquet de Nanterre, dirigé par le procureur de la République Philippe Courroye a également formellement demandé au conseil des ministres de pouvoir entendre Eric Woerth, actuel ministre du Travail. Eric Woerth avait lui-même manifesté le souhait d'être entendu dans les volets de l'affaire qui le concernent.

T.N. avec AFP

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
Soir Première
en direct

La Première Bxl

Soir Première