Affaire Assange: "choquée", la plaignante maintient ses accusations

La salle où le parquet suédois a annoncé qu'il abandonnait les poursuites
La salle où le parquet suédois a annoncé qu'il abandonnait les poursuites - © MAJA SUSLIN - AFP

La plaignante suédoise qui accuse Julian Assange de viol voit l'abandon des poursuites comme "un scandale" et, "choquée", elle maintient ses accusations, a affirmé vendredi son avocate, Elisabeth Fritz.

"C'est un scandale qu'un violeur présumé puisse échapper à la Justice et par là éviter les tribunaux. Il existe des preuves dans ce dossier et ces preuves auraient dû être examinées lors d'un procès", a déclaré l'avocate dans un courrier électronique adressé à l'AFP. "Ma cliente est choquée, et aucune décision pour classer l'affaire ne peut changer le fait qu'Assange a commis sur elle un viol", a-t-elle ajouté.

Cette plaignante, âgée d'une trentaine d'années au moment des faits, a attendu en vain pendant près de sept ans une inculpation de l'Australien de 45 ans. Mais vendredi, le parquet a décidé de classer sa plainte sans suite, estimant que la procédure n'irait pas plus loin, après de multiples complications dues au refus de M. Assange de quitter l'ambassade d'Équateur à Londres où il s'est réfugié en 2012.

"Il a agi de cette manière délibérément et sa crainte, je pense, doit être de redouter une condamnation pour viol. Personne ne veut être coupable de viol puisque c'est une accusation grave et infamante", a estimé Mme Fritz.

Julian Assange a toujours nié les accusations à son encontre, répétant que les relations sexuelles avec la jeune femme étaient consenties.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir