Acte 3 de la marche des femmes aux USA: "Le droit des femmes fait partie d'un tout"

"Marche des femmes" à Seattle, le 20 janvier 2018
"Marche des femmes" à Seattle, le 20 janvier 2018 - © Karen Ducey - AFP

Aux Etats-Unis, la "Marche des femmes", à l'origine de manifestations monstres contre Donald Trump en janvier 2017, devrait rassembler ce samedi à Washington, plusieurs dizaines de milliers de personnes pour sa troisième édition.

Le mouvement dénonce les déclarations jugées sexistes ou racistes du milliardaire républicain, lui-même accusé par plusieurs femmes de comportement inapproprié. Ces femmes se mobilisent pour dénoncer le harcèlement sexuel et la misogynie, mais aussi pour défendre le droit à l’avortement.

Pour Mia Eastman, lycéenne de 17 ans, cette marche des femmes est une première. Elle est venue de Floride pour y participer. Militante pour l’environnement, elle voit son combat féministe comme un engagement global. "Le droit des femmes fait partie d’un tout : il y a la défense de l’environnement, comment nous traitons les populations indigènes, les gays, les lesbiennes. Les minorités ne sont pas représentées dans ce pays. Mais le côté positif c’est que tous les travers du président nous forcent à nous lever pour agir et c’est pour cela que la marche des femmes est tellement importante !".

Jill Hall qui accueille Mia Eastman chez elle, est une militante féministe de longue date. Retraitée, Mère de 3 enfants, elle a participé à toutes les manifestations depuis l’arrivée de Donald Trump au pouvoir.

"Ces jeunes sont notre avenir et nous n’avons pas vraiment fait du bon boulot avec le monde que nous leur laissons à eux et à nos petits enfants", constate Jill Hall. "Alors accueillir une jeune femme très engagée venue d’une autre ville, c’était une belle opportunité pour nous. Je veux donner du pouvoir aux femmes partout dans le monde et je veux aussi montrer au monde entier, que l’Amérique ce n’est pas seulement Trump. Il y a autre chose que ce président ultraconservateur aux réactions enfantines et qui divise notre société".

Sur les pancartes, les slogans sont très variés : politique, défense de la planète, avec une cible privilégiée Donald Trump. Il n’y a aucun doute là-dessus", affirme Mia Eastman, "je veux faire de la politique. Je veux m’installer ici à Washington je serai élue au Congrès ou sénatrice, en tous les cas je ferai de la politique".

La grande manifestation de Washington doit débuter à 10H00 locales (15H00 GMT), alors que d'autres rassemblements sont prévus dans le pays. L'année dernière, les défilés avaient réuni plus de 500.000 personnes, portés par les mouvements #MeToo et Time's Up contre le harcèlement et les violences sexuelles.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK