Accusé de ne pas avoir respecté le confinement, le conseiller de Boris Johnson estime avoir agi de manière "légale et raisonnable"

Le conseiller du Premier ministre britannique Boris Johnson, Dominic Cummings, accusé d’avoir enfreint le confinement contre le coronavirus, a estimé lundi avoir agi de manière "légale et raisonnable".

"Je ne regrette pas ce que j’ai fait", a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse où il s’est expliqué sur cette affaire qui crée une tempête politique au Royaume-Uni. Dominic Cummings aurait brisé à plusieurs reprises les interdictions de déplacement, en se rendant à 430 km de Londres chez ses parents fin mars, alors qu’il présentait des symptômes, ainsi qu’au moins deux fois mi-avril.

Mais le conseiller de Johnson fait l’objet de critiques pour son comportement à risque et qui risque de saper la politique du gouvernement. "Si vous donnez l’impression qu’il y a une règle pour eux et une règle pour nous, cela va à l’encontre du 'nous sommes tous dans le même bateau'", a déclaré Stephen Reicher, un membre des conseillers du gouvernement, interrogé à la télévision.

Sujet JT du 25 mai:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK