Accord sur le nucléaire iranien: Netanyahu félicite Trump pour la reprise des sanctions contre l'Iran

Six mois après avoir claqué la porte de l'accord sur le nucléaire iranien signé en 2015, les Etats-Unis ont confirmé vendredi qu'ils rétabliraient lundi leurs sanctions les plus draconiennes contre Téhéran.
Six mois après avoir claqué la porte de l'accord sur le nucléaire iranien signé en 2015, les Etats-Unis ont confirmé vendredi qu'ils rétabliraient lundi leurs sanctions les plus draconiennes contre Téhéran. - © NICHOLAS KAMM - AFP

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié samedi d'initiative "historique" la décision du président américain Donald Trump de réimposer des sanctions économiques contre l'Iran, considéré comme l'ennemi numéro un de l'Etat hébreu.

"Merci président Trump pour cette initiative historique. Les sanctions arrivent vraiment", s'est félicité Benjamin Netanyahu dans un communiqué de son bureau.

"Depuis des années, je lance des appels pour que les sanctions soient de nouveau intégralement imposées contre le régime meurtrier et assassin iranien qui menace le monde entier", a-t-il ajouté.

"Les effets des sanctions initiales (imposées par Washington) se font déjà sentir, le rial chute, l'économie iranienne décline et les résultats sont évidents", a-t-il encore dit.

Six mois après avoir claqué la porte de l'accord sur le nucléaire iranien signé en 2015, les Etats-Unis ont confirmé vendredi qu'ils rétabliraient lundi leurs sanctions les plus draconiennes contre Téhéran.

Adoptant une politique hostile à l'Iran depuis son accession au pouvoir, Donald Trump avait fait imposer en août dernier une première série de sanctions économiques contre Téhéran.

L'Union européenne (UE), la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, signataires de l'accord de 2015 censé empêcher les autorités iraniennes de se doter de la bombe atomique, ont dit regretter la dernière décision américaine.

Trump vers des sanctions pour l'Iran (03/11/2018)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK