Affaire Diallo: l'avocat de DSK espère un accord signé "dans quelques jours"

Dominique Strauss-Kahn, le 9 octobre 2011 à Sarcelles
Dominique Strauss-Kahn, le 9 octobre 2011 à Sarcelles - © Miguel Medina

Dominique Strauss-Kahn devrait verser "6 millions de dollars" à son accusatrice Nafissatou Diallo dans le cadre d'un accord à l'amiable, a affirmé vendredi le journal Le Monde, un chiffre démenti par les avocats de l'ex-patron du Fonds monétaire international.

L'avocat de Dominique Strauss-Kahn a indiqué vendredi qu'il espérait "un accord signé dans quelques jours", dans la procédure civile qui oppose l'ancien patron du FMI à la femme de chambre Nafissatou Diallo à New York.

Il a par ailleurs qualifié de "complètement inexactes", les informations du quotidien le Monde, qui a affirmé que l'ancien ministre aurait confié à des proches qu'il devrait verser dans le cadre de cet accord six millions de dollars à Mme Diallo.

Le Monde avait écrit que "Dominique Strauss-Kahn, qui s'est rendu lui-même à New York à plusieurs reprises ces derniers mois, a confié à plusieurs de ses proches que les éléments principaux de l'accord avaient fini par être trouvés à la fin de l'été".

Le Monde ajoutait que "selon ses confidences, il devrait verser 6 millions de dollars (4,64 millions d'euros) à celle qui l'accuse d'agression sexuelle", réunis pour moitié via un emprunt bancaire et pour l'autre moitié par un prêt d'Anne Sinclair, dont il est séparé depuis le printemps 2012.

Il s'agit d'"informations fantaisistes et erronées", ont réagi ses avocats français, en indiquant les démentir "vigoureusement". "Ni Dominique Strauss-Kahn ni ses avocats n'entendent commenter la procédure en cours aux Etats-Unis", ont précisé dans un communiqué Me Frédérique Baulieu, Richard Malka et Henri Leclerc.

Le quotidien New York Times avait affirmé plus tôt que Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo seraient parvenus à un accord financier qui, s'il est signé, mettrait fin à 18 mois d'une saga judiciaire aux Etats-Unis.

Rétroactes

Nafissatou Diallo, 33 ans, avait porté plainte au civil contre DSK le 8 août 2011, en parallèle d'une procédure pénale, l'accusant de l'avoir sexuellement agressée dans sa suite du Sofitel le 14 mai précédent.

La procédure pénale engagée après l'agression supposée, avait été abandonnée le 23 août 2011, le procureur ayant des doutes sur la crédibilité de Mme Diallo, en raison de mensonges répétés sur certains aspects de sa vie.

Le juge Douglas McKeon, en charge de la procédure civile, avait refusé le 1er mai dernier classer la plainte de Nafissatou Diallo, comme l'avaient demandé les avocats de l'ancien ministre socialiste français. Mais depuis, la procédure était au point mort. Le juge McKeon est un fervent partisan des accords négociés, et il avait déclaré à l'AFP qu'il ne traiterait pas ce dossier différemment des autres. DSK a affirmé que sa relation avec Nafissatou Diallo au Sofitel était "mutuellement consentie".

L'ancien patron du FMI est par ailleurs mis en examen en France de l'affaire dite du Carlton qui porte sur l'organisation de soirées libertines avec des prostituées.

Ses défenseurs ont demandé la nullité de la totalité de la procédure, et notamment l'annulation de la mise en examen de leur client pour proxénétisme aggravé en bande organisée. La justice française devrait se prononcer le 19 décembre sur ce point.

RTBF avec AFP et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK