Abus sexuels dans le patinage: ouverture d'une enquête pour viols et agressions sexuelles sur mineurs

Abus sexuels dans le patinage: enquête ouverte pour viols et agressions sexuelles sur mineurs
Abus sexuels dans le patinage: enquête ouverte pour viols et agressions sexuelles sur mineurs - © JACQUES DEMARTHON - AFP

Le procureur de la République de Paris a annoncé mardi avoir ouvert une enquête préliminaire après la publication du livre de la patineuse française Sarah
Abitbol qui a accusé de viols et d'agressions sexuelles son ancien entraîneur Gilles Beyer. "Après avoir analysé l’ouvrage "Un si long silence", le parquet de Paris a ouvert, ce jour, une enquête préliminaire des chefs de viols sur mineurs par personne ayant autorité sur la victime et d’agressions sexuelles sur mineurs par personne ayant autorité sur la victime au préjudice, notamment, de Sarah Abitbol", peut-on lire dans un communiqué.

"Au-delà des faits évoqués dans ce livre, les investigations, confiées à la brigade de protection des mineurs de la Direction Régionale de la Police Judiciaire de Paris, s’attacheront à identifier toutes autres victimes ayant pu subir, dans le contexte décrit, des infractions de même nature", ajoute le procureur, Rémy Heitz.

Dans son livre, Sarah Abitbol, 44 ans, dix fois championne de France de patinage artistique en couple et médaillée de bronze aux championnats du monde en 2000, accuse son ancien entraîneur Gilles Beyer de l'avoir violée et agressée sexuellement plusieurs fois entre 1990 et 1992 - des faits prescrits.

Dans une déclaration à l'AFP vendredi dernier, Gilles Beyer a reconnu "des relations intimes" avec la patineuse, et a indiqué avoir "conscience de ce que, compte tenu de mes fonctions et de son âge à l'époque, ces relations étaient en tout état de cause inappropriées".

A la suite de la publication du livre et de révélations sur une série de violences sexuelles dans le monde du patinage artistique français, la ministre des Sports Roxana Maracineanu a demandé lundi au président de la Fédération française des sports de glace Didier Gailhaguet de démissionner.

Ce dernier, qui a reconnu des erreurs mais "pas de faute", a prévu de s'exprimer lors d'une conférence de presse mercredi.
 

Soutien du comité olympique 

Le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a apporté mardi "son entier soutien aux victimes des actes de violences sexuelles" une semaine après que d'anciennes patineuses ont publiquement témoigné avoir subi viols ou agressions sexuelles de la part d'entraîneurs. "La libération de la parole, qui concerne aujourd'hui de nombreux secteurs de la société, doit se poursuivre afin que la justice puisse être officiellement saisie", écrit le CNOSF.

Par ailleurs, le Comité national olympique promet qu'il "prendra toutes ses responsabilités conformément aux dispositions prévues dans le code du sport" alors que la ministre des sports Roxana Maracineanu a menacé lundi de retirer sa délégation à la Fédération française des sports de glace (FFSG).

Le comité olympique devra donner son avis, non contraignant, sur cette demande avant que le ministère ne prenne une décision.