A Wuhan, le nombre d'urnes funéraires renforce les soupçons sur l'ampleur réelle de l'épidémie de coronavirus

A Wuhan, le nombre d'urnes funéraires renforce les soupçons sur l'ampleur réelle de l'épidémie de coronavirus
A Wuhan, le nombre d'urnes funéraires renforce les soupçons sur l'ampleur réelle de l'épidémie de coronavirus - © STR - AFP

Deux mois. Deux mois sont passés depuis que la ville de Wuhan, épicentre initial de l’épidémie de covid-19, a été placée en quarantaine quasi totale.

Depuis, le nombre de nouveaux cas et de décès a progressivement ralenti en Chine, jusqu’à atteindre ce point où seuls des cas importés sont constatés. Alors, les autorités ont décidé de lever peu à peu les restrictions sur la capitale de la province d’Hubei, aux dix millions d’habitants. Celle qui a payé le plus lourd tribut dans cette épidémie : plus de 50.000 personnes contaminées, dont 2538 en sont mortes. Soit les trois-quarts de l’ensemble des décès nationaux.


►►► Toutes les infos sur l'épidémie de coronavirus en Belgique et dans le monde


Si les habitants commencent un peu à souffler, c’est aussi pour certains le moment d’aller recueillir les cendres des défunts. Des images de files d’attente, et des piles d’urnes funéraires ont dès lors semé le doute sur l’ampleur réelle de l’épidémie dans la mégapole. Le journal d’investigation chinois Caixin a enquêté sur le sujet, rapportant des chiffres plutôt édifiants. Une photo publiée par le média montre un camion rempli de 2500 urnes funéraires, le chauffeur précisant qu’il avait livré le même nombre la veille. A l’intérieur des pompes funèbres, les journalistes ont pu constater au moins sept piles de 500 urnes, ajoutant donc 3500 urnes au décompte. Impossible de savoir quelle part de ces urnes sont remplies.

Les Américains de Bloomberg ont également enquêté sur le sujet, et contacté les huit pompes funèbres de la ville de Wuhan. Six ont répondu aux questions, en précisant qu’ils n’avaient pas les données sur le nombre d’urnes, ou ne pouvaient pas les divulguer. Certaines familles ont déclaré avoir attendu plusieurs heures avant de pouvoir récupérer les cendres de leur proche. Des indices qui augmentent la suspicion d’un nombre plus élevé de décès qu’officiellement déclaré.

Depuis le début de l’épidémie, certains se sont montrés sceptiques sur le décompte officiel des cas de coronavirus à Wuhan : hôpitaux débordés, tentatives initiales du pouvoir chinois de cacher la situation au reste du monde et plusieurs révisions de la manière de faire le décompte officiel sont autant d’indices sur le manque de fiabilité potentiel des chiffres délivrés par les autorités.

Le journal chinois Caixin avance également que de nombreuses personnes mortes présentant des symptômes du Covid-19 n’ont pas été testées, et donc exclues de ces chiffres. Face aux bilans dans les autres pays durement touchés par l’épidémie de coronavirus, les interrogations autour des chiffres officiels chinois sont légitimes, même si le pays était bien mieux préparé à une épidémie potentielle que les pays européens ou les États-Unis.