A Paris, on se dispute les "travailleurs"

Paris sera le centre de plusieurs défilés ce 1er mai d'entre-deux tours d'élection présidentielle
Paris sera le centre de plusieurs défilés ce 1er mai d'entre-deux tours d'élection présidentielle - © MaxPPP / Vincent Isore

En France, ce 1er mai est surtout politique. A 5 jours de l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy n'a pas voulu laisser la gauche et le Front national tenir le haut du pavé. Le président-candidat s'est invité à la fête du travail, au risque d'accentuer les tensions et les divisions qui caractérisent cette campagne.

C'est le premier mai de la division. A chaque camp son défilé : c'est une tradition à Paris, avec le Front national d'un côté qui rend hommage à Jeanne d'Arc. Et de l'autre côté de la ville, les syndicats qui défilent. Mais cette année, Nicolas Sarkozy invite aussi la droite : "Peut-être que nous aussi on a le droit de se réunir. On n'a pas l'intention de laisser le 1er mai au défilé des syndicats d'un côté, et au défilé de Mme Le Pen de l'autre!"

Le 1er est donc une nouvelle opportunité de tirer sur l'adversaire: "François Hollande défilera derrière les drapeaux rouges de la CGT, François Hollande défilera à ce moment-là avec ceux qui divisent la France et moi je parlerai à vous devant une marée de drapeaux tricolores parce que le bleu, le blanc et le rouge, c'est vive la République et vive la France!" C'est pourtant faux car aujourd'hui, François Hollande a choisi de rendre hommage à Pierre Bérégovoy, l'ex-Premier ministre socialiste qui a mis fin à ses jours le 1er mai 1993.

Le candidat socialiste reste sur sa ligne : surtout, ne pas répliquer. "On sait ce qu'est le Premier mai. c'est pas un jour comme les autres. on sait que des générations d'ouvriers se sont battues pour que ce soit le jour des travailleurs, de tous les travailleurs."

Le 1er mai sera donc aussi l'occasion d'un vaste défilé… policier.

Charline Van Hoenacker

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK