A Milan, des chefs étoilés cuisinent gratuitement pour les sans-abris dans un réfectoire 3 étoiles

Dans le centre de Milan, Noël s'est emparé de la place de la cathédrale, avec ses lumières et ses passants pressés chargés de paquets. Pendant les fêtes, Milan est plus que jamais la ville la plus riche d'Italie. Ici , dans la foule, les sans abris deviennent rapidement des «invisibles». Mais quelques heures plus tard, dans un autre quartier de Milan, ils sortent de l'ombre: au réfectoire "Ambrosiano", ces invisibles sont invités à manger dans un restaurant «étoilé».

"Nous les appelons nos hôtes, mais en réalité ce sont toutes des personnes qui se trouvent dans une situation très difficile. Certains sont des sans abris, d'autres dorment dans un refuge de l'association Caritas ou ils peuvent seulement dormir" explique Carlo, volontaire au réfectoire depuis le début de l'aventure, lorsqu'en 2015, pour l'Expo de Milan, Massimo Bottura, le chef trois étoiles de Modène, décide de lancer une fondation pour lutter contre le gaspillage alimentaire, et nourrir les affamés: "L'idée ici est d'utiliser la culture des grands chefs de la cuisine contemporaine, ils arrivent de partout dans le monde avec leurs idées pour utiliser des matières premières qui sont données au réfectoire chaque matin."

En deux ans, 65 chefs étoilés se sont succédé au réfectoire, notamment Alain Ducasse ou Yannick Alleno. Fabio, le cuisiner a travaillé avec eux, aujourd'hui il vole de ses propres ailes: "Ces chefs étoilés m'ont appris à travailler avec des produits qui normalement ne pourraient plus être commercialisés, car ici il ne s'agit pas seulement de servir quelque chose de copieux à manger mais il faut aussi leur donner des plats qui ont du goût et de la saveur".

Le réfectoire prépare ainsi une centaine de repas par jour, sans jamais rien acheter. Ce sont les supermarchés et les marchés locaux qui apportent chaque jour des aliments invendables au grand public mais absolument mangeables.

"Ici c'est comme un restaurant, on reçoit de tout, explique Maurizio, qui a perdu son travail et vit à la rue. On a une entrée, un plat , un dessert , les fruits, la macédoine, on a même eu de la glace".

Et comme un restaurant de classe.. le réfectoire a aussi soigné la décoration: des grands noms du design italien ont offert des œuvres d'art, chaque table est différente, créée pour le lieu, tout comme les lampes. Les chaises sont celles de Philippe Starck.

Ce décor est devenu la salle à manger d' Eugénia, une veuve octogénaire qui se laissait mourir. Elle a retrouvé au réfectoire, une famille: "C'est mieux qu'un restaurant ici, parce qu'on est tous égaux, on s'aime tous beaucoup, et puis tout le monde se comporte toujours très bien".

Les néons géants de l'artiste Nannucci afichant "plus d'excuse" rappellent aux passants que la faim et le gaspillage dans le monde sont inexcusables..

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK