À l'approche du Brexit, les migrants sont de plus en plus à vouloir traverser la Manche

Deux fois plus de migrants tentent la traversée de la Manche par rapport à l’année 2018
Deux fois plus de migrants tentent la traversée de la Manche par rapport à l’année 2018 - © STR

A quelques semaines du Brexit, le phénomène s’intensifie. Selon la VRT, dans le port de Zeebrugge, la police fédérale et la police locale ont organisé lundi une action de contrôle contre le trafic d’êtres humains, qui tente de faire passer des migrants en Grande-Bretagne. Deux fois plus de migrants tentent la traversée de la Manche par rapport à l’année 2018. Les rumeurs d’augmentation de contrôles à l’approche du Brexit y seraient pour quelque chose…

Le Royaume-Uni : un objectif

La Manche connaît l’un des trafics maritimes les plus denses au monde. Près de 1.500 personnes y ont été secourues par les autorités françaises ou britanniques depuis le début de cette année. "Le Royaume-Uni attire beaucoup les migrants", explique Philippe De Bruycker, spécialiste du droit de l’immigration européen et professeur à l’ULB. " Tout d’abord on y parle l’anglais. C’est une langue que connaissent de nombreux migrants, ce qui facilite leur intégration. C’est aussi un endroit où il y a beaucoup de regroupements familiaux. Et puis il y a aussi un effet de diaspora marqué là-bas : quand certains migrants arrivent, ils savent qu’ils seront pris en charge par leur communauté, qu’ils seront accueillis." C’est en partie ce qui les pousse à tenter cette traversée particulièrement dangereuse.


>>> À lire aussi: Traverser la Manche en bateau : la nouvelle filière migratoire


 

Qu’en est-il de ceux qui arrivent à atteindre les côtes anglaises ? Le Royaume-Uni est-il véritablement la terre promise des migrants ? (JT 26/08/2019)

La puissance de la rumeur

Le Brexit devrait normalement avoir lieu dans 7 semaines. Et les passeurs utiliseraient l’approche de cette date fatidique pour faire pression sur les migrants. "Mais les passeurs sont prêts à raconter n’importe quoi pour gagner de l’argent", précise Philippe De Bruycker. "Par contre, il ne faut pas sous-estimer le poids de la rumeur. Les migrants communiquent beaucoup entre eux via les réseaux sociaux. Et les rumeurs circulent vite. S’ils apprennent d’une source que les contrôles pourraient s’intensifier avec le Brexit, même s’ils sont déjà nombreux aujourd’hui, cela peut précipiter leur départ."

En attendant, sur son site Internet, la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord "met en garde les migrants qui envisagent de traverser la Manche, une des zones les plus fréquentées au monde, et donc dangereuse pour les humains."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK