A Katowice, des drones renifleurs sont utilisés pour détecter les pollueurs

A Katowice, des drones renifleurs sont utilisés pour détecter les pollueurs
A Katowice, des drones renifleurs sont utilisés pour détecter les pollueurs - © HANDOUT - AFP

En Pologne, à Katowice, de drôles d’engins survolent le ciel et les toits des maisons. Il s’agit de drones renifleurs de pollution. Ceux-ci viennent en aide à la police municipale dans ses patrouilles. Katowice est la première ville à avoir mis en place ce dispositif, mais c’est aussi l’une des villes les plus polluées d’Europe. Elle a pourtant accueilli la COP24 l’année dernière. Alors que s’ouvre, aujourd’hui, la COP25 à Madrid, voici une plongée dans le travail de ces policiers équipés de drone renifleurs :

Une épaisse fumée noire enveloppe la rue. Tomasz Kudala, de l’entreprise Flytronic, fait décoller son drone au-dessus d’une cheminée. Armé de capteurs, l’engin de 2 m d’envergure, analyse en dix secondes les substances nocives. "Il y a beaucoup de particules fines. Donc, c’est possible que ce soit du charbon de mauvaise qualité qui brûle et que le poêle soit aussi trop vieux, ou que la cheminée ne soit pas propre. C’est pour ça qu’il y a énormément de fumée", souligne-t-il.

Beaucoup de Polonais continuent de brûler leurs meubles et poubelles pour se chauffer à moindres coûts. Après l’analyse, deux agents de police entrent dans le magasin de bricolage d’Iwona. "On loue le bâtiment. Donc, on parle avec le propriétaire pour changer le poêle, pour un chauffage au gaz, mais il ne fait rien. Pourtant, il faudrait ! Parce que les chiens et les voisins se plaignent. Je ne veux pas avoir des problèmes avec eux, ni avec la police", explique Iwona. Pour cette fois, Iwona recevra un rappel pédagogique. Iwona utilise mal son poêle.

Pour faire changer les mentalités, Mariusz Sumara, le commandant de la police municipale, use de tous les moyens. "On contrôle et on motive. Pour les uns, c’est l’aspect écologique qui fonctionne. Pour les autres, c’est l’aspect médical, la santé de la famille et des enfants. Mais, certains doivent être punis, recevoir une amende pour changer d’attitude", explique le commandant de police.


La pollution continue de tuer plus de 50.000 personnes chaque année en Pologne.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK