A Dubaï, des saumons nagent en plein désert

Le Dubaï excentrique est (encore) censé nous étonner… Après nous avoir donné le vertige du haut de sa tour la plus perchée de la planète, nous avoir interrogé sur le bien-fondé de ses îles artificielles en forme de palmier, un nouveau projet est né au milieu du désert. Plus fou encore que celui de sa station de ski couverte, voici l’élevage de saumons. Un tour de force, dans des contrées flirtant avec les 45 degrés.

Des préoccupations écologiques

Des saumons ? Des poissons d’eau froide dans le désert ? Posons d’emblée la question à débat avant de détailler l’ambitieux projet. Tant les préoccupations écologiques qui se posent semblent des plus fondées : est-ce que tout cela est vraiment sérieux ? La réponse est oui. Un vibrant oui du directeur de la ferme piscicole qui s’est ouverte à Dubaï. Tout simplement parce que les Emirats importent à peu près 90% du poisson consommé. Objectif d’ici deux ans ? Satisfaire au moins 50% des besoins du pays. Encore faudra-t-il diversifier la production pour s’éloigner du saumon… Mais les chiffres sont là : le volume du commerce des produits de la mer est colossal aux Emirats. Le pays importe des poissons, crustacés ou mollusques pour des millions d’euros chaque année. 567 en 2017. Bref, produire du saumon localement (étant donné la forte demande) représenterait d’énormes gains en matière de sécurité alimentaire et de durabilité.

Une fish-farm 100% bio

Soucieuse de l’environnement, la vie à la ferme à poissons le serait aussi. Bien que les avantages et inconvénients de la pisciculture ne fassent pas uniquement débat qu’à Dubaï. Le bien-être animal pose évidemment question. Les poissons sont gardés en bassin et ne nagent donc pas librement. Autre souci : la consommation d’énergie. Mais bon. Certains défenseurs de l’environnement sont d’avis que l’élevage terrestre (comme dans cet élevage de saumons à Dubaï) empêche la pollution des lacs ou des mers, où les déchets des élevages traditionnels de saumon peuvent endommager les écosystèmes marins. Enfin, le saumon de cette Fish Farm est estampillé 100% bio, en raison de l’alimentation naturelle des poissons et de l’absence (déclarée) d’antibiotiques, contrairement à son utilisation dans les fermes à poissons établies en mer.

Nous offrons aux saumons un lever et un coucher de soleil. On leur donne des marées, comme dans les rivières

 

Passons donc à la visite des installations. A l’intérieur de la ferme, située dans le sud de l’émirat, le débit et la température de l’eau sont contrôlés pour créer les conditions optimales à la croissance de milliers de saumons. "Nous sommes parvenus à recréer les conditions environnementales d’un poisson comme le saumon", explique Badr ben Moubarak, qui est le directeur des installations de Dubaï. "Nous avons eu l’idée d’obscurcir l’eau pour recréer l’effet de profondeur. Nous avons réussi à créer des courants comme dans l’océan. La température de l’eau, enfin, est identique à celle de l’Atlantique. Idem pour le degré de salinité." Les courants forts alternent avec les faibles, comme s’écoulerait une rivière. Une prouesse technologique indéniable.

40.000 alevins écossais

Reproduire un tel environnement s’est d’ailleurs apparenté à un défi. L’eau salée utilisée par la ferme dubaïote provient du Golfe mais est filtrée. Pour démarrer, la ferme a acheté 40.000 alevins d’une écloserie en Ecosse et des milliers d’œufs supplémentaires en Islande afin de les élever dans ses bassins. Ce qui ne fut pas une mince affaire. Il a fallu faire appel à une société spécialisée dans le transport de poissons vivants, vu que chaque trajet durait 26 heures. La reproduction se fait actuellement sur place. Bref, lorsqu’on pense aux sites d’élevage du saumon, on cite la Norvège ou l’Ecosse, Dubaï fera peut-être désormais partie de cette short-list.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK