"A bas le communisme", scandent aussi les Américains d'origine cubaine

Criant "Viva Cuba Libre", des milliers d'Américains d'origine cubaine sont descendus dans les rues de Miami et Washington en soutien aux manifestations historiques contre le régime castriste, dont ils espèrent qu'elles mèneront à sa chute.

"C'est le moment" qui "va faire tomber le communisme", estimait Humberto Ponce Diaz, un Cubain croisé par l'AFP dans le quartier de "la Petite Havane" à Miami, où près de 5000 personnes ont brandi des drapeaux des deux pays dans un concert de klaxons. 

"Je soutiens à 100% Patria y Vida" (la patrie et la vie), affirmait-il en référence à une chanson lancée en février, dont le titre détourne le slogan révolutionnaire "Patria o muerte" (la patrie ou la mort), devenu le cri de ralliement des manifestants. 

"A bas le communisme !", ajoutait-il, drapé dans l'étendard de son pays.


►►► À lire aussi : Manifestations contre le gouvernement à Cuba, les origines de la grogne


De nombreux Américains d'origine cubaine sont, comme lui, de féroces détracteurs du régime castriste et ont ressenti le besoin d'exprimer leur joie face à une mobilisation qu'ils n'avaient pas anticipée.

Excédés par les pénuries d'aliments et de médicaments et les coupures d'électricité, des milliers de Cubains sont sortis spontanément dimanche dans les rues de dizaines de villes et villages du pays, aux cris de "Nous avons faim", "Liberté" et "A bas la dictature".

C'est la première grande mobilisation populaire depuis la révolution de 1959 qui a porté Fidel Castro au pouvoir. A Cuba, les seuls rassemblements autorisés sont généralement ceux du Parti communiste.

"Les prochains jours seront décisifs pour les Cubains qui réclament la liberté", a estimé lundi la gouverneure adjointe de Floride, Jeanette Nunez. 

Le président américain a appelé lundi La Havane à "se garder de toute violence et de toute tentative de réduire au silence le peuple de Cuba".

Cuba: manifestations contre le gouvernement (JT 12/07/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK